Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Ryan Bounds is sworn in before a Senate Judiciary Committee hearing, on Capitol Hill in Washington

Ryan Bounds ne doit pas comprendre ce qui vient de lui arriver. En septembre 2017, Donald Trump a choisi ce procureur fédéral d’Oregon pour occuper un siège laissé vacant à la Cour d’appel des États-Unis pour le neuvième circuit, l’instance supérieure la plus progressiste du pays. Il poursuivait ainsi sa mission de transformer les tribunaux américains en tentant d’y installer des juges très conservateurs et relativement jeunes. Or, plutôt que de risquer une défaite humiliante au Sénat, la Maison-Blanche a retiré hier cette nomination.

Âgé de 45 ans, Ryan Bounds aura été coulé par des opinions remontant aux années 1990. Opinions qui sont devenues quasiment routinières sur les sites conservateurs ou nationalistes comme The Daily Caller et Breitbart ou dans la bouche des défenseurs du président sur Fox News. À l’époque où il étudiait à l’Université Stanford, Bounds a signé plusieurs articles attaquant le multiculturalisme. Voici un exemple de sa prose :

«Durant mes années dans notre notre jardin d’Éden multiculturel, je me suis souvent émerveillé en observant les stratégies étranges adoptées par les factions raciales les plus stridentes du corps estudiantin dans leurs efforts pour ‟élever les consciences”, ‟instaurer la tolérance”, ‟promouvoir la diversité” et nous convaincre, d’une façon ou d’une autre, de goûter à ce fruit promettant d’ouvrir nos yeux à une version politiquement correcte de la connaissance du bien et du mal. Je suis mystifié, car ces tactiques semblent contribuer davantage à restreindre les consciences, exacerber l’intolérance et cataloguer les identités culturelles qu’un autodafé nazi.»

Bigre! Dans un autre texte, Bounds a remis en cause l’existence des organisations ethniques sur le campus de Stanford, notant que les étudiants blancs se tiraient bien d’affaire sans avoir eu à créer «une Union des étudiants aryens». Lors d’une audition devant la commission judiciaire du Sénat, en mai dernier, le choix de Donald Trump a reconnu que ses écrits auraient pu être plus respectueux de la nécessité de trouver «la meilleure façon d’atteindre la diversité et d’assurer le respect multiculturel sur le campus».

Trop peu, trop tard. Après s’être entretenu avec Bounds mercredi, le sénateur républicain de Caroline-du-Sud Tim Scott, l’unique Afro-Américain de la chambre haute, a annoncé qu’il ne pourrait pas voter pour lui. Peu après, le sénateur républicain de Floride Marco Rubio a fait savoir qu’il en était arrivé à la même conclusion. Comme la majorité républicaine au Sénat ne tient plus qu’à un vote en l’absence de John McCain, Ryan Bounds et la Maison-Blanche se dirigeaient vers une défaite assurée. D’où le retrait de la nomination du procureur fédéral à la Cour d’appel fédérale de San Francisco.

Et les démocrates ont célébré pour deux raisons plutôt qu’une. Ils n’ont pas seulement défait un choix conservateur de Donald Trump. Ils croient désormais tenir un argument massue pour réclamer l’examen des écrits remontant aux années 1990 du juge Brett Kavanaugh, choisi par le président pour remplacer Anthony Kennedy à la Cour suprême. Après tout, si les républicains peuvent écarter un choix du président à cause de ses écrits estudiantins, pourquoi les démocrates ne pourraient pas faire de même?

(Photo Reuters)

41 réflexions sur “Quand la Maison-Blanche largue un critique du multiculturalisme

  1. Sebseb dit :

    Merci Monsieur Hétu! Vos écrits du dernier mois sont meilleurs que tous les romans d’espionnage que j’ai pu lire.

    Seul problème, cette fois on nage en pleine réalité… Oups!

    Ceci dit, sans majorité les démocrates ne sont pas encore du bois avec Kavanaugh. Les républicains semblent pour le moment être tous derrière lui, à ma connaissance…

    1. mia.k dit :

      @Sebseb

      Vous connaissez sûrement l’expression « faire boule de neige » ! Jusqu’à maintenant tout ce beau monde ne pipait mot de peur de déplaire à sa majesté trumpitiste. Ça ne prend qu’une seule fois pour que le mouvement se mette en branle.

      Et une bonne dose d’optimisme !

  2. kintouai dit :

    Sur la photo, le monsieur devrait plutôt tendre le bras droit vers l’avant…

    1. kintouai dit :

      …et placer la main parallèlement au sol !

      1. igreck dit :

        Et tenir ses foufounes bien bien serrées !

  3. Henriette Latour dit :

    Une chose que les gens nommés par le simili président devront apprendre est, si tu peux ou tu lui fais perdre la face, out you go. Il a beaucoup pratiqué lors de son spectacle de télé-réalité et il était chaudement applaudi. On ne laisse pas tomber une formule gagnante!

    1. gigido66 dit :

      J’aime beaucoup votre expression “simili président”

      1. Benton Fraser dit :

        Trump et Spam, même famille!

        Je comprends que certains aiment ce simili-jambon, tous les goûts sont dans la nature, mais de là à dire que c’est un grand jambon….

      2. gl000001 dit :

        Le Choix du Président. On sait pas d’ou ça vient. C’est pas cher. Ca vaut pas cher. Une certaine classe de gens achètent ça. … (mauvais cliché. Je sais).

      3. Cyto dit :

        @gl000001 Les produits bon marchés, ça a le mérite de pas coûter cher, et de faire la job. On en trouve dans toutes les maisons, comme du NoName. Pas obligé d’acheter le géant vert si les petits pois sont pas ta priorité. Mot-clés importants: faire la job

        Mais attention! Un simili jambon, ça a l’air de du jambon si on plisse les yeux, ça sent le jambon si on connait pas l’odeur, ça goûte… oh boy, l’haleine de prostituée après un double shift (disons que ça me fait penser à ça) si on s’en contente, mais un c… de président ça devrait pas avoir la qualité du simili jambon. Ça fait pas la job.

        Et puis toute sa présidence vaut juste le simili jambon, comparaison incluses.

      4. Pile-Poil dit :

        @gl000001

        Attention, la marque Le Choix du Président, est une excellente marque. C’est connu et redonnu. Ils sont avant-gardistes, font bq d’essais en cuisine et ils sont très bons. Juste au cas….je connais la bonne cuisine et alimentation’ Le proprio Galen Weston, celui qui faisait la pub à la télé…quarantaine. C’est Loblaws. À Toronto. Les prix sont intéressants, mais pas cheap.

      5. Pile-Poil dit :

        @Cyto @ gl000001

        La marque Sans Nom, étiquette jaune, est une autre marque moins chère vendue hez Maxi. Loblaws est très exigeant. Donc, comme vous dites, les petits pois, le beurre d’arachides, etc. Vous ne verrez pas de différence. Bien sûr, certains produits sont différents, car il y a des niveaux de qualité dans tout, comme le yaourt, etc. Acheter chez Maxi, cela coûte 30% de moins que chez IGA ou METRO. Par contre, les magasins sont style entrepôts. Moins beaux. Il faut donc faire attention aux clichés.

        C’est comme Costco, ils sont reconnus pour vendre de la qualité. La marque Kirkland déçoit rarement. Que ce soit pour la nourriture ou les produits d’entretien, mouchoirs, essuie-tout… ils sont excellents.

        Un peu de diversion…. sur le sujet n’est pas mauvais…..(clin d’oeil)

  4. Martin cote dit :

    Plutôt que perdre la façe devant le sénat, l’orange a préféré le larguer, non parce qu’il n’était pas d’accord avec ses écrits…..

    1. mia.k dit :

      @Martin cote

      Vous avez tout compris…

  5. xnicden dit :

    Des procureurs très conservateurs à nommer à une cours d’appel, c’est pas le choix qui manque. Ce n’est pas un grand prix à payer que de sacrifier Bounds pour garder Scott et quelques autres républicains contents en leur permettant de dire qu’ils s’opposent parfois à l’administration Trump. Ils seront moins tentés de le faire avec Kavanaugh.

    1. Henriette Latour dit :

      Très juste votre deuxième phrase.

  6. Michèle dit :

    ‘…réclamer l’examen des écrits remontant aux années 1990 du juge Brett Kavanaugh…’

    Tiens tiens…ça pourrait être intéressant, en autant qu’ils (les dems) trouvent quelque chose de compromettant bien entendu.
    Petit à petit peut-être que le vent va commencer à tourner… Faut rester optimistes!

  7. Guy Gibo dit :

    On ne l’avait pas vu venir celle-là… Ça vient s’ajouter à toutes les infos des dernières heures qui mettent en cause Trumpé : N’en jeter plus la cour est pleine… Mais quand nous dira-t-il le contenu des ententes convenues avec Poutine? QUAND?

    1. Pile-Poil dit :

      Ce qui est intéressant, cela semble exponentiel. Il doit être écoeuré! Il s’en rajoute à tous les jours. Une bonne chose, tout ce qui se rajoute, s’aditionne et ne peut laisser une personne indemme. Hourra!

      On ne peut se comporter de la sorte à tous les points de vue et que rien ne sorte au grand jour. D’autant plus, qu’il se comporte comme un homme sans discernement. Il se croit au-dessus de tout. Mais cela le rattrape….

  8. Benton Fraser dit :

    __________________

    SI j’ai bien compris que le type dit, c’est que faire la promotion de la diversité conduit certains à l’intolérance et que finalement, qu’ils ne sont que les victimes des promoteurs de la diversité !!!!!

    1. gl000001 dit :

      Bravo. J’ai eu un mal de tête avant de réussir à comprendre.
      Il faut se rappeler que c’est VINdredi !!

  9. MarcoUBCQ dit :

    Tous les blancs s’en tirent bien, alors si t’es pas blanc t’as aucune raison de ne pas en faire autant! Ben cou-donc, être favorisé ce n’est pas être favorisé: Fake logic, fake credibility, fake humanity. Ryan est de ces gens qui ne comprennent pas pourquoi la personne qu’ils viennent de frapper se plaint de quoi que ce soit…

  10. cotenord07 dit :

    Voici un bon sujet pour une autre chronique offensée du sociologue québécois Mathieu Bock-Côté, un des plus grands pourfendeurs du multiculturalisme protéiforme au réputé « Hournal de Môrial »…

    1. Lecteur-curieux dit :

      Je ne suis vraiment pas un fan de Bock-Côté et de sa façon d’aborder les sujets. Intellectuellement ? Au moins, il fait mieux que Richard Martineau qui lui fait de l’esprit de bottine.

      Une de ses chroniques :

      https://www.journaldemontreal.com/2018/07/04/un-homme-nest-pas-une-femme

      « Évidemment, il faut faire preuve de la plus grande empathie pour ceux qui se sentent à ce point étrangers à leur sexe qu’ils basculent dans la détresse, en trouvant une manière de les accommoder sans mauvaise foi» Il a beau dire cela, son texte me fait l’effet inverse.

      Si on voulait discuter ? Il faudrait quasiment l’arrêter après chacune de ses phrases.

      – Je suis d’accord avec vous.

      – Alors là je ne le suis pas du tout.

      -Pourquoi vous mettez tant l’accent là-dessus.

      Non-binaire ? Je n’aime pas cette expression car elle signifie à mes yeux que si tu te dis homme ou hétéro tu es binaire ( 0 ou 1 ), Bock-Côté je le trouve binaire dans ses raisonnements. Cependant, il n’incarne pas vraiment la masculinité ou l’hétérosexualité à mes yeux, au contraire. Cette insistance je la trouve lourde.

      Une personnalité lesbienne et androgyne de 2018 :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Brittney_Griner

      « Je n’aime pas les étiquettes. Mais les rôles de genre sont inculqués dès l’enfance. On me disait que je devais choisir entre féminin et masculin mais moi, j’avais en quelque sorte envie d’être les deux, parce que c’est ce que je suis. » Elle le vit ainsi. Pas besoin d’universitaires qui en font une idéologie bornée, chaque être humain est unique.

      Raôul Duguay en 1982 valorisait, célébrait l’androgyne et nous le sommes tous bien qu’à des degrés différents.

      Fâmom.

      https://youtu.be/ziZf2ydcMfQ?t=14m38s

      Tu peux être hétéro, homme mais tu n’as rien de binaire, tu n’es même pas straight comme l’ancien terme employé par plusieurs homosexuels. On peut le prendre en souriant.

      Vrai qu’il y a bien des hétéros bornés, fermés mais ce n’est pas parce que tu n’as pas de relations homosexuelles que tu es étroit d’esprit. Ou que ta sexualité est plate et même qu’elle le serait cela te regarde.

      Idéologie ( nous versus eux ), avec modération, cela a du bon. Ce peut être normal de croire avoir raison et se croire supérieur mais c’est le piège de l’ego.

      Identité ?

      Tous androgynes.

      1. Se décrit homme. 98% H 2% F

      2. 70% Homme, 30% Femme.

      et ainsi de suite et cela fluctue en plus.

      Des sociologues et universitaires ? Si leurs travaux mènent à la division cela vaut quoi ?

      Ils n’arrivent pas au tiers du quart du centième de la cheville de Raôul.

  11. gl000001 dit :

    Le balourd recommence à parler du genou au sol au football. Mais à genoux devant Poutine, ça passe.

    1. gigido66 dit :

      Qu’en est-il de la liberté d’expression? Connaît-il la constitution?
      En plus Il ne connaît même pas les mots de l’hymne national et il se permet d’imposer sa vision du respect du drapeau!
      Usurpateur!!

      1. Henriette Latour dit :

        👏

    2. Richard Desrochers dit :

      Comme il n’y avait pas de vestiaire, il fallait une rencontre dans l’intimité pour mettre le genou au sol.

  12. jeanfrancoiscouture dit :

    Un peu HS mais très intéressante analyse de la «base électorale» de Donald Trump, une base qui ne serait pas constituée que des «uneducated angry white males», bien au contraire.

    https://www.nytimes.com/2018/07/19/opinion/trump-corporations-white-working-class.html

    1. Cyto dit :

      Très intéressant, merci d’avoir partagé! Ça donne espoir, en même temps ça nous rappelle que le collège électoral et le Gerrymandering va continuer de nuire à la démocratie aux États-Unis

    2. Michèle dit :

      @jeanfrancoiscouture
      Wow quel article intéressant! Merci pour ce partage.

    3. kintouai dit :

      Bien sûr qu’il n’y a pas que des Blancs peu instruits parmi les salopards de Trumpistes.

      Il y a aussi de sales Blancs instruits et profiteurs, mais ils sont forcément moins nombreux.

      Je salue le courage du père de l’auteur de l’article : la conscience de se faire entuber est toujours pénible à supporter, à plus forte raison quand on vit dans un coin de ploucs comme le Kansas.

      Je lui dédie cette chanson de France Gall : https://www.youtube.com/watch?reload=9&v=I5mlAZkibgw

      1. jeanfrancoiscouture dit :

        @Kintouai: Merci pour la chanson. Étrangement et quoique je sois de la même génération que France Gall, je n’ai aucun souvenir de cette pièce qui date de 1981. En rétrospective, je ne suis cependant pas certain qu’elle ait pu s’adresser au père de l’auteur de l’article du NYT. Je pense qu’elle s’adressait plutôt à la génération dite «lyrique» qui achevait de se rendre compte, en 1981, que les rêves (utopies??) des hippies de Haight & Ashbury, des festivaliers du «Isle of Wight Festival 1970» (où à chanté un certain Leonard Cohen) ne se réaliseraient pas.

      2. Lecteur-curieux dit :

        Des chiffres intéressants sur le vote des Blancs, des Noirs et des Latinos.

        https://www.washingtonpost.com/news/politics/wp/2017/09/25/mostly-black-neighborhoods-voted-more-republican-in-2016-than-in-2012/?noredirect=on&utm_term=.0a8163e63c7a

        ———————————————————————————————

        J’aime mieux aussi parler du coeur, du noyau que de base car cela ressemble trop à des fondations à un socle.

        C’est toujours l’inconscient qui parle.

        1. Le racisme latent (celui réel aussi mais je parle des gens ordinaires, méfiance envers la différence).

        2.La violence ( les guns en font partie )

        3. Un capitalisme voulant tout garder pour soi, être dans l’analité en psychanalyse. Régression en phase anale de Trump et de beaucoup d’Américains. Tu peux avoir des personnalités anales-obsessionnelles dans une société et ils peuvent être utiles mais veulent tout chiffrer, mesurer, contrôler.

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Stade_anal

        https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gression_(psychanalyse)

        Donald lui ? Il ne contrôle rien mais se bat comme un diable dans l’eau bénite pour en donner l’illusion comme pour ses cheveux ridicules. C’est pire que le mauvais goût de la moumoute, c’est une lutte acharnée contre sa calvitie et comme ce sont vraiment ses cheveux, il se croit gagnant.

        Il fait cela avec tout, la frontière mexicaine c’est pareil. Déni de la réalité.

        4. Un penchant pour l’autoritarisme et lié au reste de la psyché.

  13. Lecteur-curieux dit :

    Comment définissez-vous le multiculturalisme ? Pour ma part je croyais l’être mais je suis plutôt pluraliste et en faveur de la diversité, la mixité.

    Le multiculturalisme canadien peut mener à ce que les Français nomment le communautarisme c’est l’inverse de ce qui est souhaité.

    Celui américain ? Le politically correct et la gauche victimaire, les quotas et tout. Avec modération, cela peut pareil avoir du bon, faire partie d’un libéralisme moderne. C’est toujours une question d’équilibre du système.

    Les écrits plus haut ? Cela ressemble à un texte pouvant peut-être avoir des bonnes raisons de critiquer mais conçu pour plaire à une droite conservatrice et avec des effets de style.

    Les conservateurs sociaux ? Ouach !

    Critiquer une gang qui mérite vraiment d’être critiquée mais dans le but de faire partie d’une gang de réactionnaires qui font reculer la société. Ce n’est pas três brillant mais c’est leur vision du monde.

    1. kintouai dit :

      @Lecteur-curieux «Le multiculturalisme canadien peut mener à ce que les Français nomment le communautarisme c’est l’inverse de ce qui est souhaité.» J’abonde tout à fait dans votre sens, mais je remplacerais « peut mener » par « mène ».

  14. treblig dit :

    Je suis un peu méfiant du multiculturalisme . Poussé au maximum , vous vous retrouvez avec une ghettoïsation à la libanaise ou chacun se retranche dans son quartier selon son affiliation religieuse, politique et ethnique. Nous sommes ici très loin du vivre ensemble.Cest aussi dans ce contexte que l’on se retrouve avec des tensions sociales entre les communautés.

  15. jeanfrancoiscouture dit :

    Ah! Le multiculturalisme, cet OVNI inventé par Pierre Elliott Trudeau au début des années 70, bien avant les vastes mouvements de population et sa monopolisation par des idéologues culturels qui caractérisent l’époque dans laquelle nous vivons maintenant.

    À l’époque de Trudeau père, son multiculturalisme était une affaire assez folklorique destinée à valoriser les cultures des groupes convergents culturellement qui composaient alors ce qu’il appelait la «mosaïque canadienne». Cela amenait Trudeau à assister à des spectacles folkloriques ukrainiens, finnois, polonais et autres ici ou là, au hasard des campagnes électorales où des voyages politiques et à prononcer des discours lénifiants et un peu paternalistes.

    Au fil du temps, la «mosaique» est passée à la «courtepointe» appelée aussi en anglais «patchwork» et en France, «communautarisme» à savoir un assemblage un peu hétéroclite de groupes qui, comme les pièces de la «courtepointe», ne tiennent ensemble que par un fil. Une «courtepointe» cela peut être artistiquement très joli mais, contrairement à une voile, ça n’est pas très solide quand le vents «pogne dedans».

    Au pire, cela peut donner le Liban quand les choses dérapent solide. Au milieu, c’est Molenbeek, certaines banlieues en France où certains quartiers de Londres. Au mieux, c’est le Canada où la mer et le vent sont encore calmes et où la courtepointe n’a pas encore eu besoin de se prendre pour une voile une nuit de tempête.

    «Pourvou qué ça doure» dirait la maman de Napoléon.

  16. Gilles Morissette dit :

    Le « Gros Tata » a préféré laisser tomber son candidat plutôt que de subir une défaite honteuse devant le Sénat.

    Regardez la photo de Bounds. Il a une sale gueule de « néo-nazi ». Il ne lui maque que l’uniforme, la croix gammée derrière lui et le bras tendu vers l’avant.

    C’est là qu’on constate l’importance de la défaite républicaine en Alabama lors de l’élection partielle de décembre dernier. Avec l’absence du sénateur McCain, les Démocrates et les Républicains sont maintenant à égalité. Il suffit d’une défection pour que les Démocrates aient l’avantage. C’est ce qui s’est passé dans le cas de Bounds.

    Tant mieux. Un salopard de moins à souiller l’intégrité et la dignité des Tribunaux américains.

  17. ducalme dit :

    cotenord_7

    Merci de nous rappeler Mathieu Bock-Côté qui a une audience internationale.

    Chez-nous, il est l’un des commentateurs les plus articulés qui nous rappelle l’existence au Canada du peuple Canadien-français et qui refuse que nous devenions une simple dilution folklorique et presque homéopathique dans la vision trudeauiste (père et fils) dans un pays qui vivrait dans une ère post-nationale.

  18. Pile-Poil dit :

    @ducalme

    En France, il est considéré comme l’un des grands intellectuels.

Répondre à jeanfrancoiscouture Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :