Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

merlin_141205044_68644221-870f-4ac2-bb06-f3118a69dea2-jumbo.jpg

«Nous assistons à quelque chose d’étonnant, quelque chose que même l’Union soviétique n’a pas été capable d’accomplir : diviser les États-Unis et l’Europe occidentale. Cela n’a pas fonctionné à l’époque, mais cela semble fonctionner maintenant avec M. Trump.»

Tatiana Parkhalina, présidente de l’Association pour la coopération euro-atlantique, s’exprimant sur le plateau d’une émission de télévision diffusée par une chaîne d’État russe.

(Photo EPA)

 

156 réflexions sur “La citation (russe) du jour

  1. Jacques dit :

    Pas matière à surprise.

  2. kyrahplatane dit :

    C’est certain que trump est entrain de réussir a diviser l’Europe. Quand même surprenant venant de la Russie.

  3. Alexander dit :

    C’est l’évidence que c’était inimaginable.

    Je me pose une question: si Trump n’est plus là et que quiconque républicain en poste le remplace, Pence, ou tout autre politicien, est-ce que les EU garderaient le cap sur les antagonismes actuels ou chercheraient-ils à reconstruire les ponts avec tous leurs alliés?

    Si non, c’est seulement Trump le problème. Si oui, il y a une vague de fond qui secoue les EU. Et ça, ce serait beaucoup plus inquiétant.

    1. A.Talon dit :

      On parie que Pence, tout obsédé de la religion qu’il soit, serait respectueux des institutions et des alliances internationales? Ne serait-ce que parce qu’il s’agirait d’un ordre des propriétaires de l’ex-GOP.

      1. mia.k dit :

        « On parie que Pence, tout obsédé de la religion qu’il soit, serait respectueux des institutions et des alliances internationales? »
        _____________________________________________________________________________________________________

        Vous croyez vraiment ? Si c’était le cas, il n’afficherait pas cet air niais (lire imbécile) chaque fois que le bouffon en chef exhibe sa signature de bouffon devant les caméras comme le ferait un enfant de 5 ans (je m,excuse ici d’insulter les enfants de 5 ans). Il a quand même son mot à dire non ? Après tout il est VP ou il ne l’est pas ?

      2. A.Talon dit :

        @ mia.k 8h40
        «Il a quand même son mot à dire non ? Après tout il est VP ou il ne l’est pas ?»

        Le VP n’est pas un co-POTUS, d’autant plus que le petit Duce orangé n’est pas réputé pour diriger dans la collégialité. À toute fin pratique, il n’exerce qu’un rôle honorifique, se contentant de remplacer le boss lors des cérémonies protocolaires ou en cas d’urgence. Ma conviction est que «Sideshow» Pence adore obéir aux ordres. Que ce soit ceux du despote halluciné (présentement), des propriétaires du parti Répuliban (autrefois) ou de son épouse (tout le temps) lui importe peu. Il ne s’est par ailleurs jamais signalé par son côté iconoclaste lorsqu’il était gouverneur de l’Indiana. Toujours respectueux des formes et des conventions. Toujours respectueux aussi des autorités du parti. Je ne vois pas pourquoi il agirait autrement une fois installé dans le Bureau Ovale.

    2. Lecteur_curieux dit :

      Comment vous dire ? Les États-Unis respectaient les Institutions internationales ? Bien sûr, ils les contrôlaient, les dominaient et pour dominer la planète entière. Pas à 100%, ne faisaient pas que des mauvaises choses mais c’était le monde au service des puissants.

      Les institutions que Trump dénoncent aujourd’hui l’ont toutes été dans le passé et méritant de l’être. Favorisant plus les riches.

      Mais le pouvoir des Américains n’est plus le même dès les années ’80 ou ’70 plusieurs mettaient la faute sur le Japon.

      Le narcissisme collectif donc chauvinisme des Américains n’est pas nouveau.

      Toujours été des dominateurs mais maintenant ils attribuent leurs problèmes internes aux étrangers.

      Ils sont encore puissants mais ne dominent plus ! Des alliés ? Plutôt des chiens de poche très souvent avant.

      Trump? Un promoteur, un vendeur à commissions, un opportuniste qui surfe sur ce sentiment nostalgique-réactionnaire où ils dominaient le monde.

      Victimes de la Chine, du Mexique… Le nationalisme identitaire revient et plus de fermeture des frontières.

      Le Trumpism a peu à voir avec Donald Trump même s’il y croit et en est l’exécutant. Donald Trump c’est un milliardaire bling-bling au départ et avec des opinions politiques de loose cannon. Donnant son opinion sur tout et disant plein de choses insensées alors que d’autres choses dites auraient de l’allure en nuançant. Se vantait d’être un outsider pour se faire élire mais si tu veux être élu, tu deviens insider automatiquement.

      1. Aube2005 dit :

        Commentaire très juste et pertinent.

  4. sorel49 dit :

    Je crois que plusieurs d’entre nous avaient déjà dénoncé ce fait. Mme Parkhalina s’inspirait elle de ce blogue ? 😊

    1. duquettegilbert dit :

      🤣🤣🤣🤣

      1. Henriette Latour dit :

        @duquettegilbert
        Tout comme moi, vous appréciez les emoticones. Sans avoir à répéter, ce qui crée de la redondance, cela permet d’exprimer notre accord ou notre désaccord avec toutes les nuances.

      2. duquettegilbert dit :

        @ Henriette

        Oui pis C’est l’fun à chercher les bonnes émoicones

  5. kyrahplatane dit :

    Si Trump dit: «Que le passé soit révolu parce que nous avons un monde à gérer»,
    c’est essentiellement ce dont Moscou a besoin », a déclaré Vladimir Frolov, un analyste indépendant de la politique étrangère à Moscou.

    Merci pour le lien M. Hétu, très intéressant!

  6. Guylaine dit :

    C’est ce qu’il fait de mieux, diviser pour régner. Il aime ça, lui, la bisbille et la chamaillerie. Peut-être pcq on ne voit pas combien il est minable quand on se chicane? En tout cas, s’il y a un domaine où il excelle, c’est bien lui.

    Prix Nobel de la zizanie!

    1. Lily D dit :

      Décodant mal les émotions, les narcissiques n’éprouvent pas d’empathie, sont incapables d’autodérision et entrent en mode vengeance dès qu’on les critique. Le seul vrai plaisir qu’ils sont capables d’éprouver, c’est celui que peut procurer le pouvoir, raison pour laquelle on les trouve souvent en politique. Parvenir à créer des conflits nourrit leur sentiment de puissance. Imaginez la jouissance de M. Trump! La seule chose qui peut déstabiliser ces gens-là, c’est l’indifférence. Ici, on a un homme qui ne semble pas avoir beaucoup de discernement et qui provoque des réactions à chaque tweet, à chaque intervention… et dont on parle partout dans le monde. Il est comme un enfant dans un magasin de bonbons!

      1. Michèle dit :

        Très bon commentaire. Merci.

      2. danielm2757 dit :

        Je seconde, excellente analyse!

      3. gigido66 dit :

        La Bête est bien alimentée!

      4. Paquerette Palardy dit :

        @Lily D.
        Êtes-vous psychiatre ou psychologue? Ou vous copiez google…

      5. Guylaine dit :

        Excellent commentaire, je suis tout à fait d’accord, c’est ce qu’on voit ici. Malheureusement.

    2. Lecteur_curieux dit :

      Il a été élevé comme cela par son père. Le monde est hostile , compétitif,seuls les plus forts ou rusés, si tu n’es pas un «killer», un vrai tu vas être un loser et tu vas finir comme son frère trop faible pour ce monde de durs ou pire.

      https://www.thesun.co.uk/news/4778182/fred-trump-jrs-cause-of-death-donald-trump-brother-alcoholism-opioid-speech/

      Tu blâmes l’alcool ? Mais pourquoi buvait-il autant ?

      Trump a peur de l’alcool mais a été dans plein d’entreprises où il y en a.

      https://www.youtube.com/watch?v=hjGSobWRavg

      Le père à Donald, Fred Sr était pire que Donald, il a contribué à détruire Fred Jr et a exacerber le narcissisme de Donald.

  7. RICK42 dit :

    Ce sont les déclarations intempestives de Trump qui provoquent des remous…d’ailleurs, les manifestations hostiles dans la rue visent TRUMP et non pas les USA… LES russes ont tout intérêt à exagérer les dissentions entre Alliés.

    1. Paquerette Palardy dit :

      @Rick42
      Si vous parlez de la manifestation à Londre , celle -ci visait aussi les EU , si on se fie sur les messages sur les pancartes, d’ailleurs Trump n’est pas le seul à avoir euce genre de traitement contre lui, Bush a eu aussi droit à cela.

    2. RICK42 dit :

      Correction: dissensions

  8. Martin coté dit :

    tout a fait raison la madame….vraiment pas surpris.. a part les républicains qui semblent se fermer les yeux.. tout le monde le voit aller avec son air de minable..

  9. Mistigrinet dit :

    Donald Trump a une pensée (façon de concevoir les choses) qui est dictatoriale, fondée sur une conception du « chef fort », lui bien sûr. Il ne faudra donc pas se surprendre que sa préférence aille vers des gens qui partagent cette façon-là de voir : des chefs d’états dirigés par des dictateurs genre Kim Jung un, Poutine, le dictateur des philippines, etc. Si Mussolini ou Hitler seraient encore de ce monde, Trump serait évidemment fasciné par eux aussi, et serait sans doute porté à rechercher leur amitié ou leur proximité.

    Ceci étant dit, les premiers ministres ou présidents des nations occidentales (Canada, France, Allemagne, etc) fondent davantage leur pouvoir sur leur capacité à rassembler ou à « écouter les autres », le tout en se soumettant à plein de lois et de règlements « contraignants », ce qui pour Trump est comme faire preuve de faiblesse ou de mollesse de caractère, ne pas agir en « vrai homme », ce qui provoque en lui mépris et arrogance.

    Bref, il y a un véritable « conflit de valeurs » entre Trump et les chefs d’états occidentaux, car Trump (dans ses valeurs) est hyper autoritaire, alors que les valeurs des chefs occidentaux sont orientées « démocratiques », consensuelles et humanitaires.

    Trump sera heureux en début de semaine car il rencontrera l’un des rares hommes qu’il admire : Poutine, qui est un maître absolu dans sa contrée. Peut-être Poutine lui donnera-t-il des conseils (à Trump) sur comment mieux contrôler les appareils de justice ainsi que les médias, aux états-unis, seuls obstacles pour Trump vers le pouvoir absolu.

    En ce qui me concerne, Trump devra être jugé un jour pour HAUTE TRAHISON, ainsi que pour divers crimes contre son propre peuple, voir même contre l’humanité, mais d’abord et avant pour haute trahison.

    1. Paquerette Palardy dit :

      @Mistigrinet
      HAUTE TRAHISON dites-vous, crime contre l’humanité, …j’ose espérer que ce ne sont pas des commentaires comme celui -ci qui reçoivent l’approbation des intervenants de ce blogue.

    2. _____________
      @ Mistigrinet 15/07/2018 à 07:52

      Excellent commentaire. Vous y tracez un portrait très réaliste de DdT.

  10. Michèle dit :

    Tatiana Parkhakina voit ce que les républicains et 40% des américains ne veulent pas voir.

    1. Michèle dit :

      Parkhalina

  11. sorel49 dit :

    Durant l’ère soviétique, une telle déclaration devait obtenir l’autorisation du Comité Central du Parti sous peine d’une vacance prolongée en Sibérie au frais de l’état. Dans l’ère moderne Putinienne, les sanctions sont moins drastiques.

    1. rdnsls dit :

      Moins drastique, comme dans l’utilisation du poison Novichok pour éliminer les adversaires du régime?

      1. sorel49 dit :

        Vous devez lire quelques pages sur les purges de Staline.

    2. Absalon dit :

      En soi la déclaration est plutôt flatteuse pour Poutine.

  12. Absalon dit :

    Si j’en crois les pancartes brandies par les Londoniens
    sur la photo qui coiffe le billet c’est spécifiquement Trump qui est mis en cause et pas les États-Uniens dans leur ensemble.
    Encore faudrait-il qu’ils ne fassent pas l’erreur de l’élire une seconde fois en 2020. Là le fossé finirait par s’élargir entre nos peuples et nos valeurs et il deviendrait difficile à combler.

  13. mia.k dit :

    Celles et ceux qui soulignent que ce ne sont pas les USA qui sont mis en cause ici mais la trompe lui même ont bien raison.
    Lui et sa bande de « pas de colonne » (j’ai dit colonne pour rester polie)…de républicains au Congrès.
    J’ai bien hâte de voir ce que novembre peut changer à tout ça.

  14. A.Talon dit :

    Citation complémentaire à celle de la spécialiste russe:

    «Il m’a dit que je devrais poursuivre l’UE en justice. Poursuivre l’UE. Ne pas aller dans les négociations, mais les poursuivre en justice. (…) Mais en fait, non, on va négocier.» (Theresa may, première-ministre du R.-U.)

    «Brexit: Trump a suggéré à May de «poursuivre» l’UE en justice»
    http://www.lapresse.ca/international/europe/201807/15/01-5189573-brexit-trump-a-suggere-a-may-de-poursuivre-lue-en-justice.php

    Poursuivre l’Union Européenne! C’était donc ça le fameux conseil de l’Andouille à la première-ministre britannique. La meilleure façon d’envenimer pendant des générations les relations entre le Royaume-Uni et le continent européen. On constate une fois de plus que tout se conjugue en confrontations devant le tribunal pour ce pauvre crétin orangé…

    1. Benton Fraser dit :

      C’était la seule façon que Trump utilisait pour tenter de « régler » ses problèmes en affaire, les poursuites!

      May devait se dire: « Mais quel con! »

  15. ghislain1957 dit :

    Elle a tellement raison!

    Le travail de reconstruction pour le nouveau président sera colossal tellement le gros clown aura tout détruit sur son passage. Bonne chance!

    1. gigido66 dit :

      C’est comme un « ÉLÉPHANT dans un magasin de porcelaine »…beau clin d’oeil au logo du parti républicain!
      😉

  16. A.Talon dit :

    La constatation de la spécialiste russe confirme bel et bien le statut d’opérateur du Kremlin de l’usurpateur orangé. Qu’il soit pleinement conscient de trahir son propre camp ou qu’il soit tout simplement manipulé par les services secrets russes relève de la rhétorique. Quelque soit le cas, il devrait être destitué, jugé et condamné pour haute trahison. Le peloton d’exécution a encore cours en justice militaire américaine, si mes souvenirs sont bons.

    1. gigido66 dit :

      Est-ce juste de dire que Poutine rumine depuis sa sortie du G8 à cause de l’annexion de la Crimée critiquée par les membres du G8…isolé, il préparait sa vengeance? Je le voyais à ce moment-là,
      l’air « renfrogné » et je me disais que ça ne serait pas beau pour l’avenir. Il allait rebondir!
      Comme on dit souvent que la vengeance est un plat qui se mange froid…Poutine a bien refroidi son plat en aidant le DT à gagner ses élections et ainsi mettre le monde occidental dans la tourmente.
      Malheureusement, quelle parfaite réussite!

      1. A.Talon dit :

        @ gigido66 9h21
        «Est-ce juste de dire que Poutine rumine depuis sa sortie du G8 à cause de l’annexion de la Crimée…»

        Pour autant que je sache, l’ex-agent du KGB Poutine rumine sa vengeance envers l’Occident depuis la chute de l’Union Soviétique et la déchéance ayant frappé la société russe dans les années ’90. Pour l’instant, son plan pour mousser la discorde tout azimut semble fonctionner. L’histoire nous enseigne cependant que les nations démocratiques ont l’étonnante capacité de retomber rapidement sur leurs pattes et de développer des anticorps contre ce genre de manoeuvres déstabilisantes.

      2. kyrahplatane dit :

        @ gigido66 trump a placé son pion à la Maison Blanche et maintenant il lui est redevable.

        Quand j’entends trump à la conférence de presse avec T. May dire que CNN est fake news
        et que personne ne se lève, c’est dangereux pour la liberté de la presse et un jour il
        y aura plus d’Américains pour le croire et au revoir la démocratie aux États-Unies.

        Très épeurant tout ça.

    2. Daniel Legault dit :

      Après tout Trump est le grand chef des forces militaires des USA.

  17. titejasette dit :

    @M. Hétu

    Votre billet « diviser les États-Unis et l’Europe occidentale » tombe à point ce matin. La semaine dernière, Macron a, en quelque sorte publiquement « dénoncé » la tentative éhontée de division en rendant une
    « offre » privée du Lard en Chief, suggérant aux Français de quitter l’UE.

    Ce matin, la Première ministre britannique, Theresa May, a déclaré que Trump lui avait conseillé de poursuivre en justice l’UE, au lieu de négocier le Brexit. Celle-ci a décidé d’ignorer ses conseils.

    https://www.cnn.com/2018/07/15/politics/theresa-may-trump-sue-eu-intl/index.html

    Mais ‘quessé ? En deux fois, coup sur coup, deux chefs d’état européens nous apprennent les tactiques de brassage de m*rde du Trou de *** .

    Je n’en reviens pas. Le message n’a toujours pas passé. C’est-tu si dur à comprendre ? Mêle-toi donc de tes cr*ss d’affaires. Pas pas assez de problèmes chez toi ?

  18. igreck dit :

    @Mistigrinet. 07h52
    Il y a déjà un ex-prez en attente de jugement pour « crime contre l’humanité » et qui peint des croûtes dans son ranch texan. Les Amers-Ricains sont capables du pire… surtout les Repus. On croyait avoir vu LE pire avec W. Bush (et son marionnettiste Cheney) et il y a eu Trompe (cette fois un marionnettiste rustre). Qui sait de quoi demain sera fait si les Républicains demeurent aussi puissants dans la société états-unienne !?!

  19. Michèle dit :

    @titejasette
    ‘Pas assez de problèmes chez toi?’
    À mon avis, il ne veut/peut pas voir les problèmes chez lui. Il est au-dessus de ça, trop de détails qu’il est incapable de voir/gérer. Aucune intelligence pour présider un pays, ni même une entreprise (à en juger par ses nombreuses faillites). Il se fout des gens. Il ne peut voir que sa puissance, qu’il essaie de vanter à l’international.

    1. Paquerette Palardy dit :

      @Michèle @titejasette
      Ça dépend ce que vous entendez par problèmes. Si pour vous, le fait que le marché soit à 25,000 , que l’économie soit en pleine expansion grâce ou pas à Obama, que le chomage soit à 4% , que Trump graduellement remet les États -Unis sur la map , que les Américains riches ou pauvres paient moins de taxes, que le pays est plus sécuritaire grâce à des mesures prises par l’administration Trump,constituent des problèmes et bien là je vous suis ils ont de gros problèmes!

    2. gigido66 dit :

      « Assez fou pour allumer un feu, mais pas assez fin pour l’éteindre ».
      Il fait tellement de dégâts au quotidien que tout son entourage est en mode « ramassage » au lieu de faire de la prévention…pas un jour ne se passe sans qu’il ait foutu le bordel quelque part. Ils sont toujours derrière ce gros lard dans sa traînée nauséabonde de « marquage de territoire » hyppotamesque!

      1. ____________
        @ gigido66 15/07/2018 à 09:46

        Votre emploi de l’expression « marquage de territoire » est très approprié. 🙂

      2. Lecteur_curieux dit :

        Ce proverbe ne s’applique pas à Trump. Lui le feu doit être constamment allumé et le plus fort que possible. C’est extrêmement dangereux ? Surtout pour son entourage , son environnement.

        Pas pour ceux qui ont quitté le train au bon moment. Si tu es toujours là quand le feu est pris, on espère que les pompiers arrivent à temps. La marmite qui déborde ou la chaudière qui va exploser.

        Trump lui a un siège auto-éjectable pour ramasser tous les gains et sauver sa peau. Il est le méchant, mais l’erreur c’est de le croire pas du tout intelligent, il est le Tentateur ou à son service. En enfer,le feu est éternel.

        Fantômas est plus intelligent que la police. Tous les super-vilains incluant Centour et son bracelet magique le sont (quoique c’est pas très dur à battre dans toutes les fictions. Dans la vraie vie ? Tu es honnête,tu n’es pas en lutte contre eux).

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Fant%C3%B4mas_(film,_1964)

        Un siège éjectable à Bond mais c’est le méchant qui se fait éjecter :

        https://www.youtube.com/watch?v=71BC8M9Hw0I

        Boiler explosion et les dégâts :

        https://www.youtube.com/watch?v=3yl8dYTPVzg

        L’aiguille est dans le rouge, danger. Mais Trump donne l’ordre de continuer et cela va être arrêté à la dernière minute ou exploser sauf que si cela explose Donald se sera mis à l’abri avant. Et après, il va nier toute responsabilité dans l’explosion.

        Qui est stupide ? Lui ou ceux qui lui font confiance? Ils ne sont pas stupides ni niais juste un peu naïfs ? Croyant encore qu’un patron sera un minimum bienveillant ?

    3. Aube2005 dit :

      Arrêtons de le prendre pour un fou déséquilibré car lorsqu’il passera en justice, il sera déclaré non coupable pour cause d’aliénation mentale sévère.

      Moi, je dis qu’il est très conscient de ce qu’il fait. Et j’irai témoigner à la cour pour le faire enfermer pour le restant de ses jours à manger des MC Do.

      1. jeani dit :

        J’opterais plutôt pour de bons gros trous de beignes bien gras de Tim Horton, made in Canada!

  20. En tout cas, c’est rassurant de voir qu’il y avait plus de monde dans les rues de Londres qu’il n’y en avait lors de l’inauguration de Patof Trump

  21. igreck dit :

    @mia.k dit :
    15/07/2018 à 08:15
    Désolé mais ce sont les USA qui ont choisi Trompe comme leader. L’apathie de la population face aux frasques de ce dernier indique que le Moron est un révélateur de ce qui ne tourne pas rond dans ce pays. En tant que voisins, nous savons à quel point cette société est loin de nos valeurs. Nous sommes perçus comme des socialistes (de même nature que plrs pays d’Amérique latine). Comment expliquer qu’une majorité de citoyens ne savent absolument rien de notre existence alors que nous sommes si proches… géographiquement !? Cette méconnaissance tient du mépris. Mépris qui s’exprime à travers les relations tendues que les États-uniens entretiennent avec tout le « Monde » et pas seulement depuis 18 mois !? J’espère que nous sommes à un point de divergence qui fera en sorte que les « Alliés » revoient leurs rapports avec l’oncle Sam.

    1. mia.k dit :

      @igreck

      Désolée aussi mais non ce sont pas les USA qui l’ont choisi mais les grands électeurs. Grosse nuance ici. Tout le monde semble oublier qu’il a reçu tout près de 3 millions de votes de moins que sa rivale. Et c’est pas rien ça !

      1. Paquerette Palardy dit :

        @Mia
        C’est le système américain qui est ainsi fait, tout le monde profite de ce système en temps et lieu.

      2. Emma dit :

        @mia.k

        Je veux bien admettre que le collège électoral a saboté le résultat du vote populaire, mais on ne parle que de 3 millions de votes supplémentaires. Ce qui m’inquiète particulièrement, c’est où se situent les 98 millions d’inscrits qui ne se sont pas levés de leur c.. pour aller voter ? Dont 40 millions de Démocrates qui simplement ne lui aimaient pas la face, à Elle ?

        C’était pourtant déjà clair en novembre 2016 que cet être et ce parti n’auguraient rien de bon pour l’avenir des États-Unis et du reste de la planète ! Après toutes les horreurs qu’il a dites, faites, incitées ? Ça valait pas la peine de l’arrêter AVANT qu’il ne démolisse tout ?

        Ça devient de plus en plus difficile de leur donner le bénéfice du doute. Éventuellement, qui ne dit mot consent.

      3. Aube2005 dit :

        Le mode de scrutin américain étant ce qu’il est de par la constitution représente tous les américains.
        Il ne faut pas oublier que les Pères Fondateurs étaient des descendants des britanniques qui n’ont jamais écarté la royauté.
        Les grands électeurs et le gerrymandering sont une preuve qu’ils conservaient un arrière de royauté.

        Ce n’est pas seulement Trump. C’est le peuple américain qui l’a élu en regard du contenu de la constitution.
        Ils ont horreur de toucher à leur constitution et de s’adapter au XXI ième siècle.

        Alors, ils sont responsables.

        a

    2. gigido66 dit :

      Vous avez tout à fait raison, les Étatsuniens ne sont pas NOUS…nous sommes tous des Américains du Nord, même continent mais ils se situent à l´opposé de notre façon de voir les choses.

      1. gigido66 dit :

        Commentaire précédent @igreck

  22. sorel49 dit :

    HS mais lié  aux actions déstabilisantes de Trump en politique étrangère.

    De la Syrie, l’administration de Trump semble faire une croix dessus laissant la voie libre aux Russes. Ne pouvant saisir la stratégie américaine à  long terme au Moyen-Orient, les principaux alliés des Etats-Unis  dans cette région se tournent vers Moscou. L’article énumère l’Isreal, la Jordanie, l’Arabie Saoudite . J’ajoute aussi la Turquie.

    « But for many of America’s allies in the region, who say they have little understanding of Trump’s long-term strategy in Syria, there is growing anxiety about what he is prepared to offer Putin in exchange for help in attaining what he says is his primary goal of expelling Iran. »

    With Trump strategy unclear, U.S. allies turn to Moscow to secure their interests in Syria
    https://wapo.st/2mjHuo2

  23. Mouski dit :

    Évidemment que présentement, nous sommes en grande majorité tous contre Trump et non contre les États Unis. Mais là, advenant une courte victoire au mid-terms de novembre des démocrates dont les résultats nous feront sentir que la vraie Amérique n’est peut-être pas exactement celle que l’on pense.

  24. titejasette dit :

    Ajout à mon 8h45

    Les « bons » conseils d’un ami lorsqu’ils sont véritables, sincères et valables en disent beaucoup sur cet ami.

    Mme May et les Britanniques ont été vertement insultés par Trump. Mme May n’avait pas pu réagir car Trump a rapidement modifié ses gourdes en mettant la faute sur les médias. Mais le mal est fait.

    Mme May a trouvé avec justesse et à sa façon l’occasion de lui rendre les pareils.

    Oh boy ! Les conseils de poursuivre en justice l’UE : y-a-t-il un juriste qui peut m’éclairer ici ?

    C’est farfelu et je dirais que c’est …Voyez par vous même http://www.synonymo.fr/synonyme/farfelu

  25. _____________
    Délicieux HS sur Twitter de la part de Josée Blanchette

    https://twitter.com/cherejoblo

    1. loup2 dit :

      C’est la caricature de Garnotte dans Le Devoir d’hier.

  26. Parfoislucide dit :

    La stratégie du diviser pour régner a déjà été payante. L’empire britannique a tenu le coup pendant longtemps avec cette stratégie. L’Angleterre, un petit pays peu peuplé a tenu sous sa coupe un grand nombre de pays en y créant la division interne dans chacun d’entre eux. Trump, c’est autre chose. Il se met à dos tout le monde. Pas certain que les USA vont y gagner au change.

    1. Richard Desrochers dit :

      L’empire de Trump, au contraire de l’Empire britannique, c’est celui où le soleil ne se lève jamais

    2. MarcoUBCQ dit :

      Pendant longtemps l’empire britannique avait une telle supériorité technologique (incluant sa vaste flotte) que les pays conquis ne pouvaient se libérer. Ça explique en grande partie leur domination.

    3. chrstianb dit :

      «L’Angleterre, un petit pays peu peuplé a tenu sous sa coupe un grand nombre de pays en y créant la division interne dans chacun d’entre eux»
      Peu peuplé? C’est grâce à ses colonies que la Grande-Bretagne a évité une implosion due à la surpopulation.

  27. Mabuse dit :

    Jonathan Freeland du Guardian me paraît avoir fait l’analyse la plus juste de la politique de Trump :
    https://www.theguardian.com/commentisfree/2018/jul/13/britain-donald-trump-europe-uk-brexit

    « There is strategic method to his madness…
    In geopolitics, his targets are always the same: the forces of multilateralism, cooperation and international order, whether it’s Nato, the EU, the UN or even the G7. He wants to see those bodies weakened and destroyed, replaced by a dog-eat-dog world of single states, dealing with each other one-on-one. In that world, the US would be the biggest dog, and get to snarl and snap at all the rest. »

    Le temps de miner ou de détruire toutes ces alliances, les É-U. de Trump et la Russie de Poutine sont des alliées objectifs. Du côté américain, il n’y a aucune opposition autre que du bout des lèvres, du côté républicain.

    Le système électoral américain permet à la minorité blanche de droite de gouverner régulièrement. C’est presque une certitude que le GOP reviendra au pouvoir 4, 8 ou 12 ans après Trump. En conséquence, nul ne pourra plus faire confiance aux amers-loques!

    1. gigido66 dit :

      👍👍👍👍👍

    2. MarcoUBCQ dit :

      Donald est un pur misanthrope qui exprime sa haine de tout ce qui bouge, incluant lui-même. En effet, comme Narcisse, Donald n’aime que la partie « gagnante » de lui-même, la partie populaire et celle qui fait envie (Je ne peux pas croire qu’il se trouve encore beau, mais on parle de Donald ici…). S’il ne se détestait pas tant il ne se ferait pas honte d’une façon aussi volontaire, spontanée et incessante.

      1. A.Talon dit :

        Hypothèse intéressante qu’il me semble toutefois difficile à concilier avec la perception grandiose qu’il a de lui-même, son goût immodéré de l’«exposure» médiatique, le besoin d’affirmer constamment qu’il est le meilleur en toute chose et de s’approprier les réussites des autres, son ambition de toute une vie de devenir POTUS, le personnage le plus important de son pays et du monde entier.

        Hypothèse potentiellement effrayante, également. Comment un tel personnage pourrait-il oeuvrer au bien être de son propre peuple, a fortiori au bien être de l’Humanité? Ne serait-il pas plutôt du genre à affirmer quelque chose du genre «après moi, le déluge»? En tel cas, sa place dans l’Histoire n’aurait-elle aucune importance à ses yeux? Mais alors pourquoi avoir voulu devenir POTUS en premier lieu? Surtout si c’est pour le faire de la façon la plus ignominieuse qui soit et en accumulant l’un des pires bilans politiques qu’on puisse imaginer. Il me semble qu’il y a une contradiction fondamentale là-dedans…

  28. cotenord07 dit :

    L’article du NYT donné en référence est excellent.

    J’ai beaucoup aimé le témoignage de l’ancien diplomate britannique Ian Bond et celui d’Ivan Kurilla, spécialiste des relations entre les États-Unis et la Russie basé à Saint-Petersbourg.

    Il me semble évident que la Russie a tout intérêt à affaiblir l’alliance transatlantique afin d’atteindre ses objectifs stratégiques.

    Vladimir Poutine, qui connaît très bien l’histoire de son pays, n’ignore pas non plus le fait que l’URSS, cet état multinational disparu qui était clairement dirigé par la Russie, a été de 1941 à 1945 (voire même 1946) le grand allié des États-Unis et du Royaume-Uni, dans la lutte contre l’Allemagne nazie.

    Voilà un fait historique que l’habile Vladimir Poutine pourrait exploiter à son avantage dans son entretien « privé » avec le président Donald Trump, un être naïf, ignare et narcissique qu’il devrait être possible de berner et de manipuler plutôt facilement…

    1. Lecteur_curieux dit :

      Trump est Rastapopoulos et est aussi un ami d’Omar Ben Salaad.

      http://tintin.wikia.com/wiki/Omar_Ben_Salaad

      Poutine ? J’ai pensé à Allan Thompson…

      http://tintin.wikia.com/wiki/Allan_Thompson

      Mais la comparaison est meilleure avec le Colonel Jorgen.

      http://tintin.wikia.com/wiki/Colonel_Boris_Jorgen

      Beaucoup semblent croire que des journalistes sont Tintin ou encore plus utopistes qu’ils sont Clark Kent et qu’en allant dans une cabine téléphonique, ils deviennent semblables à Superman.

      Un fantasme comme un autre.

    2. InfoPhile dit :

      De M. Bond j’ai retenu ceci:

      “If he can get Trump to come out and say the sort of things he said after meeting with Kim Jong-un, that is a big win for Putin.” Mr. Bond said. “If he can get him to say that all the problems between Russia and America have been cooked up by the Ukrainians and America’s deep state, or anything that leads in that direction, it will be a success for Putin,” he added.

      Ian Bond, ancien diplomate britannique; ça ne s’invente pas! 🙂

  29. Niouininon dit :

    Je ne parlerais pas de division à ce moment-ci, plutôt un éloignement temporaire en raison des dérives d’un parti US et de son représentant. Il y a eu l’ancien président de l’Italie qui a aussi fait des dégâts durant son règne et une fois parti, le pays s’est de nouveau rapproché de ses alliés. Donc rien pour se réjouir mais les alliés européens font front commun. Il n’y a que le Canada qui se retrouve un peu isolé avec ce voisin mal avisé et perturbateur. Le Mexique, attendons de voir les prouesses diplomatiques du nouvel élu.

  30. Gilles Morissette dit :

    Le commentaire de madame Parkhalina est juste et fort pertinent. Diviser pour régner, un principe « vieux comme le monde » mais qui hélas fonctionne encore. Toute la politique du « Gros Salopard » repose sur ce principe. Il n’est donc pas étonnant qu’il ait conseillé à Macron de quitter l’UE pour négocier un traité « one-on-one » avec les USA ou qu’il ait suggéré à Madame May de poursuivre en justice l’UE.

    Affaiblir les alliances, semer la discorde entre les partenaires, frapper les économies de ses alliés avec des tarifs douaniers élevés afin de les amener à se soumettre à sa volonté, voilà le ciment sur lequel repose toute sa présidence.

    Le « Gros Lard » est une arme de destruction massive à lui seul. Lorsqu’il quittera la présidence, les dommages qu’il aura causé seront tellement énormes que son successeur n’aura pas trop d’un mandat pour essayer de réparer tout ça.

    Pendant ce temps, la bande de « gros morrons incultes » qui constitue sa base électorale continue à approuver tout ce qu’il fait même lorsqu’il se comporte comme un « gros colon pas-de-classe » devant le Reine. Même Elvis Gratton dans ses pires moments, n’aurait pas fait pire que ce qu’a fait le « Gros Abruti ».

  31. Cubbies dit :

    Souhaitons que les frasques du Bully se limitent à un seul mandat. Souhaitons aussi que les Démocrates et les Américains se présentent nombreux aux mid-terms pour voter.

    Les États Unis vivent actuellement les conséquences de ne pas aller voter quand ça compte.
    Ça devrait aussi nous servir le leçon même quand les choix présentés nous inspirent peu.

  32. Jean Saisrien dit :

    Le gros tata orange ne fait que commencer…. il va être réélu en 2020 so,,,
    Make Russia Great Again…

    1. RICK42 dit :

      Jean: Vous devez être un devin pour pouvoir prédire ce qui arrivera aux élections de 2020… Moi j’en suis bien incapable…quand je pense à toutes les possibilités concernant le futur du gros Orange Outang …entretemps, il pourrait être destitué, avoir démissionné, mourir…qui sait, quand on sait qu’il vit sur la corde raide, menacé de toutes parts…de plus, on ne connaît même pas la composition future de la prochaine équipe démocrate…

  33. jcvirgil dit :

    Pemdant ce temps le sport uni les nations
    On a eu un mondial extraordinaire cette annee avec l’apothepose de la finale France Croatie qui debute a l’instan
    Allez les Bleus !!!

    1. jeani dit :

      Un but des Flamboyants dans son but… Allez, les Flamboyants, on remonte ça!

      1. loup2 dit :

        Cr**s de sport. Le premier but des maudits français a été fait sur un coup franc qui n’aurait JAMAIS du être accordé. Hey le Croate a à peine effleurer le français qui s’est jeter par terre et l’arbitre a mordu comme un gros poisson..

        Allez Croatie faites fermer la gueule des français. Vous êtes meilleurs sur le terrain anyway.

      2. leonard1625 dit :

        @loup2 Il y a bel et bien eu croc-en-jambe.

    2. igreck dit :

      Bravo à nos cousins pour cette belle victoire !

  34. simonolivier dit :

    @loup2 Un peu comme la faute qui a mené au but des Croates?

    1. loup2 dit :

      J’ai pas vu la faute. J’étais au toilette ! 😉
      Mais la à 3-1 c’est pas mal désespéré pour la Croatie. Dommage pour ce petit pays moins peuplé que le Québec.

  35. xnicden dit :

    @ Emma 11:36

    Trop d’électeurs démocates – des jeunes notamment – ont succombé à de la propagande ciblée qui leur répétait que ça ne donnait rien de voter ( Clinton a volé Sanders, elle est aussi pire que Trump, etc).

    Il faut aussi tenir compte que dans plusieurs États les électeurs de secteurs démocrates se font mettre des bâtons dans les roues pour voter. Les élus du GOP ne manquent pas d’imagination: compliquer l’inscription sur les listes électorales, bureaux de scrutin éloignés, restreindre le choix de pièces d’identité acceptées, files d’attente qui s’allongent, etc. Un exemple rapporté par une amie: elle se rend voter en 2016 mais l’endroit où elle avait l’habitude de le faire depuis 12 ans n’avait plus de bureau de vote. Personne n’avait été prévenu à l’avance. Elle a perdu 30 minutes avant de trouver le bon endroit.

    Autre exemple: en Caroline du Nord une nouvelle loi exige que les bureaux de vote par anticipation soient ouverts maintenant un minimum de 12 heures par jour. Dans un comté de taille modeste qui avait en 2016 six sites ouverts pour un total de 600 heures, cela représente une dépense 20 000 $ de plus. Ils vont demander plus de budget mais ne l’auront pas. Ils devront donc réduire le nombre de bureaux de vote par anticipation. https://slate.com/news-and-politics/2018/07/north-carolina-early-voting-midterms-a-diabolical-new-republican-ploy-to-suppress-black-turnout.html

    1. igreck dit :

      Et ça se prétend un exemple de démocratie !? Il s’agit plutôt d’une démon-crassie!?!

      1. xnicden dit :

        Il est vrai que les exemples inquiétants abondent de plus en plus aux USA mais dans les Etats où le GOP a moins d’emprise, le système électoral américain a montré qu’il est encore une réussite. Malgré Citizen United.

        Mais à travers le monde chaque système électoral a des forces et des faiblesses ainsi que des groupes qui essaient de détourner les règles à leur avantage.

        Nous n’avons pas de Citizen United ici mais ça va prendre combien de temps avant qu’on réalise qu’à l’ère de internet, nos règles sur les dépenses électorales devront être revues? Pas avant qu’une élection ne soit entachée fort probablement… Et on se croise les doigts ceux qui planchent sur des projets de vote électronique suivent la politique américaine.

  36. jcvirgil dit :

    Belle victoire de la France contre des flamboyants qui ont tres bien competitionne.
    Au final c »est ce magnifique sport pratique partout sur la planete qui a gagne.

    1. jeani dit :

      Bien d’accord avec vous et au diable la partisanerie crasse!

  37. bleuetdaa dit :

    ________________________________________

    Le Grabber in chief a quand même fait quelque choix qui ont pu déplaire à Putin. Surtout au moyen orient, le Bully in chief a choisi les sunnites au détriment de l’Iran Chiites.

    Et sur cet enjeux Putin et l’actuel Potus sont aux antipodes. La Russie n’est pas seulement alliée avec Assad de Syrie, mais elle l’est aussi avec l’Iran, l’ennemi juré de l’Arabie Saoudite si généreuse avec la Family. Suffit de voir ce projet de Gazoduc pour le comprendre:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Gazoduc_Iran-Irak-Syrie

    Sur l’Iran, l’Europe et la Russie sont alliés avec la Chine sur le maintien de l’entente sur le nucléaire Iranien négocié par Obama.

    On verra si le génie stable s’exprimera sur cette question lors des conférences de presse lors de cette rencontre. J’aimerais bien qu’un journaliste lui demande s’il va sanctionné la Russie si elle persiste à appuyer l’Iran.

    D’ailleurs le Bully n’a pas mentionné cette question lors de ses conférences de presse au sommet de l’Otan. A-t-il osé le faire en privé, il a du recevoir un accueil assez froid des européens.

    PS. Les Bleux ont gagné. Cette belle équipe marbré a réussi. Même les fascistes français sont contents 😜

    1. Benton Fraser dit :

      La géographie étant pas le fort de Trump, sans doute lors de sa rencontre privée avec Poutine, il aura droit à un cours privé…

  38. Danielle Vallée dit :

    L’idée de Trump de négocier un à un est basé sur son narcissisme. Il aimerait rencontrer les dirigeants du monde un à un, ce qui le rendrait important et lui permettrait de profiter personnellement (financièrement) de ces différentes rencontres.

    Il admire Putin parce que Putin vaut $200 milliards, qu’il a volés au petit peuple de la Russie. Et la discussion va porter sur les façons de libérer l’argent de Putin et des oligarques, gelé par Obama.

    Son propre fils Éric l’a dit publiquement : son père ne voit qu’une couleur  » the Green ».

    Penser qu’il a un plan ou des visées politiques, c’est lui accorder plus d’intelligence ou d’empathie qu’il en a.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Putin ne vaut pas 200 milliards, cela ne lui appartient pas. Mais pour un dictateur cela revient au même ?

      L,église appartient-elle au curé ?

      http://time.com/money/4641093/vladimir-putin-net-worth/

      Penser que Poutine est aussi riche, c’est comme croire que Maurice Duplessis était riche. Puissant, dominant mais pas riche.

      Poutine très puissant. Riche mais il vaut combien? Perso être vraiment riche? Surtout pas devenir politicien.

      1. simonolivier dit :

        La fortune personnelle de Putin se chiffre dans les milliards. Exemple, lors de la construction des installations olympiques de Sotchi, les entrepreneurs devaient verser une partie de l’argent reçu pour avoir des contrats. Selon les partis d’opposition russes, Putin aurait engrangé entre 4 et 10 milliards juste pour ça. Les Olympiques de Sotchi. Autre exemple, le grand prix de formule 1 tenu en Russie est sur la piste de Sotchi. Construite au coût de $350M à même les fonds pour la construction des sites olympiques…et devinez à qui appartient la piste?

      2. simonolivier dit :

        Perso être vraiment riche? Ne pas devenir politicien Sese Seko Mobuto aurait volé plus de $4milliards. Mugabe aurait volé plus d’un milliard. Didi Amine aurait lui aussi volé des milliards. Plus près de chez-nous les Duvalier ont pigé dans le pot pendant des décennies. Idem pour plusieurs politiciens d’Amérique du Sud et Central. Alors la politique, ca peut-être très payant

  39. stemplar dit :

    HS

    À propos du sommet Trumpoutine (ces deux mots vont bien ensemble):

    « (…) Selon six sources proches du président américain, ce dernier espère recréer l’expérience du mois dernier avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, soit un sommet qui suscitera un important battage médiatique et qui permettra d’offrir de puissantes images présidentielles (…) »

    Nécessaire de le préciser? #encoreunautreshowdeboucanetrumpesque

    http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201807/15/01-5189589-donald-trump-pourrait-reclamer-lextradition-des-agents-russes.php

    1. kyrahplatane dit :

      Trumpoutine MDR

    2. _____________
      @ stemplar 15/07/2018 à 13:21

      « Trumpoutine » GÉNIAL ! 🙂

  40. kyrahplatane dit :

    kyrahplatane dit :
    15/07/2018 à 12:34
    @ gigido66 trump oups Putin a placé son pion à la Maison Blanche et maintenant il lui est redevable.

    Quand j’entends trump à la conférence de presse avec T. May dire que CNN est fake news
    et que personne ne se lève, c’est dangereux pour la liberté de la presse et un jour il
    y aura plus d’Américains pour le croire et au revoir la démocratie aux États-Unies.

    Très épeurant tout ça.

  41. Lecteur_curieux dit :

    https://www.townandcountrymag.com/society/money-and-power/a14480615/vladimir-putin-net-worth/

    « He said that « any attempt to calculate [Putin’s net worth] won’t succeed. He’s the richest person in the world until he leaves power.»

    C’est pas plus à lui que le métro de Montréal m’appartient, le Parc du Mont-Royal, l’Udm et McGill,etc. Plus influent et puissant cela il l’est mais cela donne quoi?

  42. Superlulu dit :

    Le gros con vient d’affirmer que la RUSSIE, l’UE et la Chine sont des ennemis.
    À la veille de sa rencontre avec Putin.
    Ce gars là est complètement déconnecté.

    1. Lecteur_curieux dit :

      http://www.journaldemontreal.com/2018/07/15/la-russie-lunion-europeenne-et-la-chine-sont-des-ennemis-dit-trump

      Dans son monde à lui c’est à la fois très cohérent et fou. Toujours en mode compétition. À la boxe tu détestes ton adversaire, on remonte à 1984 ? On déteste les mau.dits Nordiques de Québec.

      «Killer» ? Plusieurs lutteurs et autres athlètes de caractète ont eu ce surnom là.

      Les élections sont un combat de boxe mais la lutte idéologique se poursuit après plutôt que de mettre en oeuvre ce que la population veut.

      Même en grands électeurs la volonté serait 304/531, un programme à 57,25% Républicain mais à 42,75% Démocrate voilà la vraie volonté du peuple dans ce calcul.

      Au vote plus universel ? 48,2/ 94,3, le peuple veut plutôt un programme démocrate à 51,11% .

      On fait appliquer par des vrais gestionnaires! On sacre dehors les politiciens? Non mais le peuple a voté pour un mix des deux et non pour Trump et les Républicains.

      Tu vas manger au restaurant une fois par semaine ? 25 à 30 fois chez un Républicain, les autres chez un Démocrate. Bien non les gagnants veulent 52 fois chez Trump. Où est la démocratie ?

    2. Gilles Morissette dit :

      @Superlulu

      Après sa rencontre avec Putin, il va dire que celui-ci est « fantastique » et que la Russie est le meilleur allié des USA et bla bla bla ».

      Comme disent les Français, » il est complètement barjot » ou si vous préférez « fou à lier ». Enfermez le dans une cellule et allez jeter la clé au beau milieu de l’océan. L’humanité ne s’en portera que mieux.

  43. Sjonka dit :

    @, entre autre, mia.k

    Là, faudrait en revenir de cette différence de 3M de différence de votes parce que mathématiquement c’est, résumé grossièrement;

    (3M de votes divisé par environ 300M de votants potentiels (population globale de 326 M)) X 100 = 1%

    1% de différence, dans mon livre à moi, ça ne change strictement rien au global. Le moron a gagné avec moins de 1% de la faveur populaire !!! Donc la majorité des étasuniens ont votés pour lui donc la forte majorité pensent comme lui ou du moins sont d’accord avec lui.

    Voilà compréhension des élections étasuniennes de 2016 !

    1. A.Talon dit :

      @ Sjonka 14h28
      «Là, faudrait en revenir de cette différence de 3M de différence de votes…»

      Non, il n’est pas question «d’en revenir» de ces 3 millions de voix de majorité obtenus au vote populaire par la candidate démocrate. C’est l’essence même de la démocratie qui a été bafoué dans ce processus électoral vicié par la désuétude des institutions (Collège électoral), la tricherie systématisée de l’un des partis (gerrymandering et «fakkke news»), la violence et la démagogie de l’un des candidats (la Créature du Marais) et les manigances d’une puissance étrangère (usines à troll et hackers russes).

      – – – – – – – – – –

      «Donc la majorité des étasuniens ont votés pour lui donc la forte majorité pensent comme lui ou du moins sont d’accord avec lui.»

      Vous avez une drôle de façon de calculer. Je ne vous engagerais pas comme comptable ou mathématicien.

      Pour votre information, le Drumpf a obtenu 46,1% du vote populaire alors que seulement 55% des électeurs se sont donné la peine de voter (ou ont réussi à voter, c’est selon). Cela donne donc une modeste proportion de seulement 25,36% du total des électeurs américains en âge de voter (soit 0,55 * 0,461). On est donc très loin de la majorité populaire, là…

      Quand on remporte le Bureau Ovale uniquement par la grâce du Collège électoral, on s’arrange au moins pour se conduire dignement et professionnellement afin de se gagner la légitimité populaire qui nous fait défaut. L’idiot du village ne l’a pas encore compris.

      «Voter turnout at 20-year low in 2016»
      https://www.cnn.com/2016/11/11/politics/popular-vote-turnout-2016/index.html

      EXTRAIT:
      «Voter turnout this year dipped to nearly its lowest point in two decades.
      While election officials are still tabulating ballots, the 126 million votes already counted means about 55% of voting age citizens cast ballots this year.
      That measure of turnout is the lowest in a presidential election since 1996, when 53.5% of voting-age citizens turned out.»

      1. simonolivier dit :

        @A. Talon l’ami Sjonka calcule comme Vincent Lacroix… Et il faudrait lui expliquer que c’est impossible que sur une population de 326 million qu’il y ait 300 millions d’électeurs. Environ 30% n’a pas 18 ans et un bon nombre, surtout les minorités visibles, se voient imposer des restrictions et ne peuvent s’inscrire sur les listes. Il y a un peu plus de 235 millions de personnes admissibles à voter

      2. Aube2005 dit :

        Il ne faut pas oublier que Bush jr. a obtenu 50 456 000 de votes contre 51 000 000 pour Gore et 3 000 000 pour Nader.
        De plus, le recomptage de la Floride qui s’est rendu jusqu’à la Cour Suprème a donné la victoire à Bush.

        La démocratie américaine est vraiment à repenser.

    2. Madalton dit :

      Il y a 58,1 % des 237 M de gens ayant le droit de vote qui on te voté en 2016, soit environ 138 M de personnes. L’écart de 3M de votes en faveur de Clinton représente un peu plus de 2 % des votes exprimés.

    3. Benton Fraser dit :

      Comme on dit, chaque côté compte!

      Aussi, les personnes d’âge mineur n’ont pas le droit de vote…

  44. igreck dit :

    @ Mouski dit :
    15/07/2018 à 09:39
    Nos voisins, de moins en moins alliés, sont-ils seulement conscients qu’ils sont invités à un test crucial de démocratie en novembre prochain !? C’est un rendez-vous* !
    *En français dans le texte. (Clin d’oeil)

  45. igreck dit :

    @Lecteur_curieux dit :
    15/07/2018 à 13:36
    Vlad est-il ou non un Putin de riche !?! Je ne sais pas mais tout converge vers $$$ ! Lorsqu’un dirigeant, et à fortiori un dictateur, s’entoure d’oligarques multimilliardaires, il est fort à parier qu’il s’en met plein les poches. Certaines informations indiquent que, entre autres, la tenue des Jeux de Stotchi a été une formidable occasion pour Vlad de spolier les Russes. Et dire que ces abrutis vénèrent ce nouveau tsar autoproclamé qui s’appuie sur l’Église pour dominer ses « zouaves ». Finalement, les Rustres ne sont pas si éloignés des Amers-Ricains quant au niveau de bêtise.

    1. kintouai dit :

      @igreck «Finalement, les Rustres ne sont pas si éloignés des Amers-Ricains quant au niveau de bêtise.»

      Pour leur défense, ils ne connaissent la démocratie (un bien grand mot dans leur cas) que depuis 30 ans, contrairement aux Amères Loques qui vivent en démocratie (un bien grand mot aussi, dans leur cas) depuis 250 ans. Quand on a été serf pendant des siècles, puis qu’on a été pris en charge par l’État communiste (besoins essentiels assurés, mais aucune liberté), on prend forcément le pli de la servitude et de la déresponsabilisation. Les Américains, eux, n’ont aucune excuse pour leur abrutissement.

    2. Lecteur_curieux dit :

      Le pouvoir versus la richesse, il a les deux mais combien ? Je vois plus accroc du pouvoir politique et militaire.

      Mais quand vous avez pas de démocratie et un dictateur disons que dans une compagnie il détiendrait 3% des actions et des votes, ils ont tous peur de lui! Qui contrôle vraiment cette société par actions ?

      Une auto t’appartient mais une terreur fait tout ce qu’il veut avec.

      Tu n’as pas encore donné tous tes biens à une secte mais ils contrôlent ton esprit.

      https://www.msn.com/fr-ca/finances/financephotos/les-plus-riches-dictateurs-de-lhistoire/ss-BBkeSL#image=3

      Kadhafi avait accumulé 75-80 milliards ?

      https://www.msn.com/fr-ca/finances/financephotos/les-plus-riches-dictateurs-de-lhistoire/ss-BBkeSL#image=13

  46. aquiledistu dit :

    @ Henriette Latour 

    J’adore vos emoticones

  47. Sjonka dit :

    Bon d’accord, c’est environ 2%. J’ai par contre dit « calculer grossièrement ». Je suis d’accord pour dire que la vraie démocratie est baffouée aux États Unis mais mon point est qu’il faut arrêter de dire que ce 3M EST le point qui a fait basculer cette élection. ça n’aura été qu’un pion dans un échiquier.

    1. Madalton dit :

      Imaginez si au Québec, lors d’un référendum sur la souveraineté, si un camp avait 2% de plus de votes mais qu’il était déclaré perdant parce que les votes de Montréal (Grands électeurs) ne représentent que 25% du Collège électoral alors que la population de Montréal représente 50 % de la population. Auriez- vous la même opinion ? 2% est significatif selon moi.

      1. Sjonka dit :

        Bon point. Je m’incline.

  48. Layla3553 dit :

    Envers et contre tous, DT va rencontrer Poutine. Pourquoi ne peut-il pas annuler cette rencontre peut-on lire?

    Pour sa BASE uniquement pour sa base, il est convaincu que peut importe ce qu’il pourrait gagner, il sera bon perdant dans les médias, l’ennemi du peuple.

    Et voilà, il va au devant de Poutine pour sa base, le peuple de DT c’est sa base, qu’Hannety a galvanisé ces jours-ci, il s’est même rendu à Helsinki, sa BASE point à la ligne.

    https://www.politico.com/story/2018/07/15/trump-putin-russia-summit-helsinki-722255

  49. Layla3553 dit :

    On peut lire

    « Ce que sa base regarde est un gars qui met l’intérêt de l’Amérique en premier », a déclaré Steve Bannon, ancien stratège de la Maison Blanche de Trump.

    Bannon a déclaré que les républicains intransigeants sont réceptifs au message de Trump que la Russie peut être un partenaire américain, citant l’alliance pragmatique entre Washington et Moscou contre l’Allemagne nazie.

    « La base a tellement d’anciens combattants », a déclaré Bannon. « Ils réalisent que nous n’aurions jamais gagné la Seconde Guerre mondiale sans les Russes comme alliés. C’est basique. Les Russes sont ceux qui ont vraiment brisé le dos de l’armée allemande.  » »

    1. leonard1625 dit :

      @layla Méchante bande de morrons. Bannon dédie surement cet argumement aux Truman, Eisenhower, Kennedy, Nixon, Ford, Carter et Reagan et à tous ceux qui ont subi la guerre froide.

    2. cotenord07 dit :

      @ Layla :

      Comme je l’ai suggéré plus haut (voir mon commentaire de 10 h 25), je crois vraiment que cette alliance pragmatique des États-Unis et de l’URSS contre l’Allemagne nazie, entre 1941 et 1945, est une clé qui aide à comprendre le mode de pensée de Vladimir Poutine au sujet des relations Russie-USA, et peut-être aussi le mode de pensée de Donald Trump à ce sujet.

      On reconnaît de plus en plus en Europe occidentale et en Amérique du Nord l’importance exceptionnelle du sacrifice humain des Soviétiques dans la lutte contre l’Allemagne nazie. Mais on a tendance à ignorer ou sous-estimer l’importance capitale de l’aide matérielle et financière que les États-Unis ont alors accordée à l’URSS.

      En 1945, une nette majorité d’États-uniens percevaient favorablement l’URSS, un pays allié dans la lutte contre l’Allemagne nazie, et qui s’est joint in extremis (après les bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki, en août 1945) à la lutte contre le Japon. En moins de deux ans, cette majorité a fondu, à la suite de divers facteurs, dont les révélations sur l’ampleur de l’espionnage soviétique aux USA (des révélations qui, ironiquement, ont été en grande partie le résultat de l’affaire Gouzenko au Canada…), la mainmise de l’URSS sur les pays d’Europe orientale, la course aux armements atomiques (accompagnée elle aussi d’une campagne d’espionnage menée habilement par les Soviétiques), etc, etc.

      Mais il n’était pas alors clairement inscrit dans le ciel qu’une Guerre froide d’une durée d’un demi-siècle devait nécessairement opposer les deux grands pays vainqueurs de la Deuxième Guerre mondiale…

      1. Richard Hétu dit :

        Z’êtes sérieux?

      2. cotenord07 dit :

        @ Richard Hétu :

        Soyez plus précis SVP : « Z’êtes sérieux » à propos de quoi exactement?

        Si c’est à propos de l’évitabilité ou de l’inévitabilité d’une Guerre froide qui a duré une cinquantaine d’années, et qui se fait encore sentir aujourd’hui, c’est un sujet qui peut être débattu, je crois.

      3. Layla3553 dit :

        @cotenord07 19:24
        Vous écrivez « et peut-être aussi le mode de pensée de Donald Trump à ce sujet. »

        Pour moi ce mode de pensée c’est celui de S.Bannon, je ne crois pas que DT pourrait nous faire une dissertation sur ce sujet.

        Il utilise cette théorie que la victoire n’aurait pas été possible sans la Russie, et il suggère que pour sa base incluant d’anciens combattants cette histoire fait du sens pour eux, je ne serais pas surprise que c’est un des thèmes que Cambridge Analytica a exploité.

        L’histoire c’est une chose, mais faire des histoires ça c’est plus dans les cordes de DT.

      4. cotenord07 dit :

        @ Layla3553 (19 h 24) :

        Ça pourrait faire partie de la pensée de Donald Trump, dans la mesure où Trump a été influencé par Steve Bannon et l’est peut-être encore.

        Ne sous-estimez pas le fait que Donald Trump a souvent tendance à adopter le point de vue de la dernière personne à qui il a parlé.

        S’il parle encore épisodiquement avec Steve Bannon, il est alors possible que ce dernier influence encore Donald Trump…

    3. Daniel Legault dit :

      Avec l’intelligence d’un mathématicien homosexuel Turing et une armée de descripteur qui ont brisé le code Énigma. Ce qui a permis aux Russes d’avoir la bonne information pour que leurs armées soient à la bonne place.

  50. cotenord07 dit :

    Très bon texte d’analyse et d’opinion du politologue Pierre Martin à ce sujet :

    « Pourquoi Donald Trump est-il à ce point attiré par Vladimir Poutine », texte de Pierre Martin, Le Journal de Montréal, le dimanche 15 juillet 2018, hyperlien :

    http://www.journaldemontreal.com/2018/07/15/pourquoi-donald-trump-est-il-tant-attire-par-vladimir-poutine

    1. leonard1625 dit :

      @cotenord07 Votre complaisance envers Poutine me laisse pantois. Ce qu’ont fait les Russes en 2016 devrait être considéré comme un acte de guerre. Que Trump le prenne comme une flatterie n’est que la conséquence de son immense narcissisme.

      1. cotenord07 dit :

        @ leonard1625 :

        En quoi ai-je été complaisant avec Vladimir Poutine dans mes commentaires précédents, précisément?

    2. ________________
      @ cotenord07 15/07/2018 à 19:31

      Merci pour le partage de cet excellent article de M. Martin. Que l’on pourrait résumer par cet extrait :

      [ L’attrait de Trump pour Poutine. ]

      « Pourquoi cette déférence? Pourquoi cette admiration? Pourquoi ce refus de confronter le dirigeant autoritaire de la principale puissance rivale des États-Unis?

      Pour répondre à ces questions, on peut formuler trois catégories d’hypothèses. La première est politique. La seconde est fondée sur l’intérêt personnel. La troisième est fondée sur les affinités idéologiques ou personnelles. Aucune de ces trois catégories d’explications ne mène à une vision optimiste de la rencontre entre ces deux personnages. »

      1. Layla3553 dit :

        @Louise Lefebvre (@Lefebvre_Loulou) dit :
        15/07/2018 à 20:57
        @cotenord07

        Moi aussi j’ai bien apprécié cet article et j’aime bien aussi la dernière phrase que vous avez retenu
        « Aucune de ces trois catégories d’explications ne mène à une vision optimiste de la rencontre entre ces deux personnages. »

        A mon 17:00 je suggère un lien et même pour DT ce que j’en ai compris il considère que le seul point positif de cette rencontre c’est que ce sera bon pour sa base. SA BASE, pas très sérieux.

  51. jeanfrancoiscouture dit :

    @kintouai 18h48 Des Russes vous dites:

    «Quand on a été serf pendant des siècles, puis qu’on a été pris en charge par l’État communiste (besoins essentiels assurés, mais aucune liberté), on prend forcément le pli de la servitude et de la déresponsabilisation.»

    Vous avez raison et vous n’êtes pas tout seul à penser cela. Jetez un œil sur ce qui suit:.

    «Pour que la Russie s’accommodât d’un régime libéral, il faudrait qu’elle s’affaiblit considérablement, que sa vigueur s’exténuât; mieux: qu’elle perdit son caractère spécifique et se dénationalisât en profondeur. Comment y réussirait-elle, avec ses ressources intérieures inentamées et ses mille ans d’autocratie? À supposer qu’elle y arrivât d’un bond, elle se disloquerait sur-le-champ. Plus d’une nation, pour se conserver et s’épanouir a besoin d’une certaine dose de terreur».*

    «Se disloquer sur le champ» en cas d’accès rapide à un «régime libéral». N’est-ce pas ce qui est arrivé dans l’après Gorbatchev avec Boris Eltsine. Et cette terreur qu’inspire Poutine?? Et ce fut écrit en 1960. Perspicace le philosophe, non?

    *Cioran, E.M., Histoire et utopie, Gallimard, coll. folio/essais, Paris 1960.

  52. leonard1625 dit :

    @cotenord07 En essayant de trouver dans la 2e Guerre mondiale des motivations au comportement de Poutine. Il s’est attaqué à ce que les États-Unis ont de plus précieux et rêve de saboter l’OTAN et l’EU. Je ne vois vraiment pas comment l’alliance USA-URSS contre les Nazis ait pu induire pareil comportement.

    1. cotenord07 dit :

      @leonard1625 :

      Et pourquoi donc serait-il donc impossible que Vladimir Poutine, qui connaît très bien l’histoire de son pays, rêve de créer une relation spéciale entre la Russie et les États-Unis, qui serait semblable à celle qui existait entre l’URSS et les États-Unis entre 1941 et 1945?

      Notez svp que je ne vous demande pas de juger de l’idéalisme ou du manque d’idéalisme de Vladimir Poutine, mais simplement de la possibilité que, comme stratège politique et dirigeant de la Russie, il puisse rêver à cette éventualité et être inspiré par la relation URSS-USA des années 1941-1945.

      1. leonard1625 dit :

        Établir une relation semblable semblable à celle de 1941-45 en s’attaquant à ce que les États-Unis ont de plus précieux? J’ai peine à croire ce que je lis. Trump devrait botter le cul de Poutine au lieu de le lécher.

        En passant, l’alliance USA-URSS n’avait absolument rien de naturel, elle n’était due qu’à l’existence d’un ennemi mortel commun. Les Américains avaient une peur bleue des Soviets, autant idéologiquement que militairement.

      2. A.Talon dit :

        @ cotemolle 21h27
        «Et pourquoi donc serait-il donc impossible que Vladimir Poutine (…) rêve de créer une relation spéciale entre la Russie et les États-Unis, blablabla…»

        Parce qu’il n’y a jamais eu d’indice allant dans cette direction dans son comportement des vingt dernières années, voilà pourquoi. Argument tout aussi tiré par les cheveux que celui de la bonté intrinsèque que vous semblez attribuer à Jared Kushner. Que vous finissiez par croire à vos propres constructions fantasmagoriques (et Dieu sait qu’elles sont nombreuses) est une chose mais que vous preniez vos lecteurs pour des demeurés en cherchant à leur faire gober vos fantaisies sans le moindre fait avéré pour les supporter dépasse l’entendement.

      3. leonard1625 dit :

        Et je rajouterais que les deux bombes nucléaires utilisées contre les Japonais étaient autant, sinon plus, un message envoyé aux Soviets de se tenir tranquilles. Car il semble que les Américains aient eu peur que les Soviétiques poursuivent leur chemin vers l’Ouest de l’Europe.

      4. loup2 dit :

        @cotenord07 21h27

        Vous écrivez – Vladimir Poutine, qui connaît très bien l’histoire de son pays

        – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – — – – – –

        Comment faites vous pour affirmer ça ? Vous avez fréquenter Vlad quand ? Vous avez soigner les cochons ensemble ?

        Bref, ça me fait toujours sourire ce genre d’affirmation qui ne sont que des suppositions de l’auteur.
        C’est pas parce-que tu l’dit que c’est vrai.

        Poutine est peut-être aussi morron que trump mais il a possiblement de bon « briefer » lui et il les écoute peut-être…

        Enfin, passons.

      5. cotenord07 dit :

        @ leonard1625 (21 h 40):

        Si c’est effectivement Vladimir Poutine qui a ordonné la campagne de hacking et de désinformation des élections présidentielles de 2016, je doute beaucoup qu’il l’ait fait en pensant que l’existence de cette campagne serait rendue publique et lui serait attribuée…

        Quant à la relation spéciale de 1941-1945 entre l’URSS et les USA (pour être juste et rigoureux, il faut aussi inclure le Royaume-Uni dans cette relation…), elle était surtout utilitaire et a servi toutes les parties impliquées. L’aide matérielle états-unienne a permis à l’URSS de résister et de compenser ses carences technologiques et industrielles. La résistance féroce de l’URSS a permis au Royaume-Uni de survivre, et indirectement aux États-Unis de mener une guerre sur deux grands théâtres d’opération, en priorisant initialement le théâtre du Pacifique.

        Staline aurait voulu que ses alliés états-uniens et britanniques créent rapidement un nouveau front contre les Allemands en Europe, ce que les É-U et le R-U ne pouvaient faire, car jamais les populations de ces pays n’auraient été prêtes à accepter des sacrifices humains semblables à ceux que subissaient les Soviétiques.

        Conséquence directe d’un évident déficit de confiance, les É-U et le R-U ont gardé secret leur programme conjoint de développement de l’arme atomique, qui n’a été officiellement révélé à Staline que lors de la conférence de Potsdam, en juillet 1945, quelques semaines avant le bombardement d’Hiroshima. Peu importe, Staline et l’URSS bénéficiaient déjà depuis plusieurs années d’un efficace réseau d’espions et de sympathisants communistes au sein même des organisations concernées, aux É-U et au R-U (ainsi qu’au Canada, incidemment), ce qui a permis à l’URSS de combler une partie de son retard en ce domaine, en quelques années seulement.

        Avant que ces histoires d’espionnage ne soient révélées publiquement (à partir de 1946 environ), que Churchill prononce son discours sur le « Rideau de fer » en mars 1946, et que l’asservissement des pays d’Europe de l’est devienne évident, une claire majorité de citoyens des États-Unis exprimaient du respect envers l’URSS (il y eu des sondages à ce sujet), et il est plausible de croire que la réciproque était vraie.

        Il est selon moi vraisemblable que les dirigeants russes, et Vladimir Poutine en particulier, aient cru possible de recréer au 21e siècle un arrangement «  utilitaire » avec les États-Unis, comme il y en a déjà eu un entre 1941 et 1945…

        Et si un nouvel arrangement « utilitaire » avec les États-Unis n’est pas possible, les dirigeants russes perçoivent probablement comme un succès stratégique la division et l’incertitude que le président Donald Trump a créées au sein de l’Alliance atlantique…

      6. cotenord07 dit :

        @ leonard1625 (15/07/2018 à 21:54) :

        Les deux bombes nucléaires à fission larguées sur Hiroshima (6 août 1945) et Nagasaki (9 août 1945) avaient d’abord et avant tout pour but d’inciter le gouvernement impérial du Japon à accepter une reddition sans condition.

        Peut-être la détérioration de la relation avec l’URSS en 1945, et la crainte que les troupes soviétiques continuent leur avancée en Europe de l’ouest, ont elles été des « considérations stratégiques » dans le processus décisionnel des dirigeants des États-Unis, mais c’est d’abord et avant tout la résistance acharnée des Japonais dans la campagne du Pacifique, le fait que les soldats japonais préféraient combattre jusqu’à la mort et se suicider, et incitaient la population civile japonaise à combattre et à se suicider plutôt qu’à se rendre, de même que la crainte que cet état d’esprit perdurerait lors de l’invasion des quatre grandes îles du Japon, qui ont incité les dirigeants des États-Unis à ordonner le bombardement d’Hiroshima et celui de Nagasaki.

        Après avoir autorisé les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, le président Harry Truman a pris la décision de ne pas suivre les recommandations de ses conseillers militaires et donc de ne pas permettre un troisième bombardement atomique tout juste après celui de Nagasaki, essentiellement parce que la perspective de provoquer 80000 à 100000 morts (surtout civiles) de plus le mettait extrêmement mal à l’aide sur le plan moral.

        Heureusement, l’empereur Hiro-Hito a tenu tête à la junte militaire qui préconisait encore à ce moment-là le refus d’une capitulation sans condition, car sinon, il y aurait probablement eu d’autres bombardements nucléaires, au fur et à mesure que de nouvelles armes nucléaires devenaient disponibles (le taux de production de ces armes était extrêmement faible à cette époque).

        Il est vraisemblable de croire que, grâce à son réseau d’espions au sein du Projet Manhattan, Staline savait que les États-Unis ne disposaient de très peu d’armes nucléaires dans la deuxième moitié de 1945. Par conséquent, il aurait pu ordonner à ses armées de progresser vers l’Atlantique, s’il l’avait voulu. Mais Staline désirait alors s’en tenir aux concessions très généreuses qu’il avait obtenues lors de la conférence de Yalta, et il était relativement confiant que le communisme progresserait dans des pays comme l’Allemagne, la France et l’Italie, via le mécontentement populaire et les partis communistes locaux. Quoi qu’il en soit, l’objectif primordial de Staline était de créer un glacis protecteur sur le flanc ouest de l’URSS, afin d’éviter une répétition de l’attaque surprise de juin 1941 (Opération Barbarossa).

        Certains observateurs étrangers présents en URSS en 1945 pouvaient sentir qu’avec l’état de destruction et de dévastation qui existait dans le pays, surtout au sud de l’axe Leningrad (Saint-Pétersbourg)-Moscou et à l’ouest de l’axe Moscou-Stalingrad (Volgograd), et avec la vingtaine de millions de morts que le pays avaient connus, il était très peu probable que l’URSS désire poursuivre la guerre au delà de Berlin.

        Cette perspective était sûrement présente à l’époque dans certains rapports des agences de renseignement états-uniennes et britanniques, mais comme la confiance et la transparence n’étaient pas des caractéristiques dominantes (c’est le moins qu’on puisse dire…) dans la relation entre l’URSS et les États-Unis ainsi que le Royaume-Uni, une forte méfiance s’est installée dans les deux camps, et elle a persisté pendant toute la Guerre froide.

      7. leonard1625 dit :

        @cotenord07 Merci pour l’intéressant exposé historique. Toutefois je reste grandement sceptique au sujet de sa pertinence. Je ne relèverai qu’un point, soit l’arrangement utilitaire. Utilitaire à quoi si Poutine rêve de disloquer l’OTAN et l’EU?

      8. leonard1625 dit :

        @cotenord07 J’ai lu votre dernier commentaire après avoir fait le mien. Vous connaissez très bien tout ce qui concerne la Deuxième Guerre mondiale et les années subséquentes et je vous remercie de nous en faire part. Je n’argumenterai pas au sujet des bombes nucléaires, car ce n’est qu’une supposition personnelle.

      9. cotenord07 dit :

        @ leonard1625 (15/07/2018 à 23:33):

        Du point de vue de Vladimir Poutine et des autres dirigeants politiques actuels de la Russie, qui sont essentiellement des partisans et adeptes du courant idéologique slavophile qui existe en Russie depuis au moins le 18e siècle, et qui perçoit et soutient que la Russie est constamment menacée depuis des siècles par des adversaires ou ennemis étrangers, créer de la division entre les États-Unis et leurs alliés européens (que les États-Unis dominent depuis la Deuxième Guerre mondiale), affaiblir l’OTAN et affaiblir l’Union européenne sont probablement perçus comme des moyens efficaces de diminuer la menace perçue par la Russie, et d’augmenter l’influence de la Russie en Europe de l’ouest et autour du bassin méditerranéen.

      10. cotenord07 dit :

        @ loup2 (22:29) :

        Au cas où cette nouvelle ne vous soit pas encore parvenue en juillet 2018, il se trouve que Vladimir Poutine est une personnalité publique de la Russie depuis plus de deux décennies, que son histoire personnelle est bien connue, que de nombreuses biographies lui ont été consacrées, que les textes de la majorité de ses nombreux discours et de ses écrits sont dans le domaine public, etc., etc.

        À la lumière des renseignements qui sont facilement disponibles aux citoyens qui prennent les moyens nécessaires pour ne pas demeurer dans l’ignorance, il est donc vraisemblable de déduire que Vladimir Poutine connaît très bien l’histoire de son pays.

        Bonne journée…

  53. Layla3553 dit :

    @cotenord07 dit :
    15/07/2018 à 21:10
    @ Layla3553 (19 h 24) :

    « Ça pourrait faire partie de la pensée de Donald Trump, dans la mesure où Trump a été influencé par Steve Bannon et l’est peut-être encore. »

    Un bon point, je vous l’accorde, dans mes lectures je sens que Bolton, Miller et Bannon font copain copain avec DT, plus que jamais. merci de la remarque. Layla

  54. Guy Gibo dit :

    Quand je pense à ce meeting Trump-Poutine la seule comparaison historique qui me vient est la signature du pacte de non agression signé par Hitler avec Staline en 1939… On connaît la suite. Difficile de comprendre autrement ces agressions quasi quotidiennes de Trump contre ses alliés européens, incluant le Canada et le Mexique.

    Alors mon Donald que dirais-tu si on se partageait l’Est et l’Ouest. Il est temps que les gouvernements européens mettent les pieds à terre avant qu’il ne soit trop tard. Bientôt l’Otan n’existera plus. Est-ce que quelqu’un en doute encore?

    Bravo à la Première ministre du UK qui a finalement sorti le chat du sac en confirmant que Trump lui avait dit rien de plus que d’affronter l’Union européenne au lieu de négocier une sortie. May a peut-être compris finalement que la promesse d’un traité commercial avec les USA n’est qu’une promesse sans futur.

  55. onbo dit :

    J’aimerais recentrer le propos sur 2018, plutôt que de remonter à la guerre froide d’après-guerre ou au courant socialiste qui a essaimé en Europe. Nous n’en sommes plus là.

    Messieurs Putin et Trump n’ont rien du socialiste lambda. Ce sont deux très riches milliardaires opportunistes et populistes qui aimeraient bien tout écraser autour d’eux.

    Nous ne sommes pas dans une dynamique de guerre militaire, mais une dynamique bien réelle de guerre commerciale destinée à engendrer la suprématie de personnes (telles Trump et Putin) et de groupes de personnes qui leur sont affiliées jusqu’à la mort (telles Deripaksa, magnat de l’aluminium) oui, le même monsieur impliqué jusqu’au cou dans l’élection de Trump.

    Refuser de voir les surtaxes de Trump sur le fer et l’aluminium des Européens comme moyen de privilégier l’accès US à de l’aluminium bon marché de Russie, c’est manquer le bateau. Dumping russe qui pourrait mettre à genoux une partie de l’économie mondiale au profit de riches commerçants us, aux dépends d’une bonne partie des petites gens mêmes qui ont élu Donald Trump aux USA. Et Steeve Bannon le sait…

    Laila 3553 a cité Steeve Bannon plus tôt, avec beaucoup de pertinence. Ce dernier a mentionné que la BASE de Trump comptait « de très nombreux anciens combattants ». Cet appel du pied à l’honneur et à la patrie ne pouvait passer inaperçu. Merci Laila de l’avoir relevé.

    Il s’agit en fait d’un appel d’autorité à la « collaboration » avec l’adversaire russe, à la veille de la rencontre Trump-Putin. Pourquoi « collabo »? Parce que il serait indigne d’utiliser des vétérans pour retourner se battre au prix de leur vie dans quelque conflit que ce soit. Tout comme il est indigne d’utiliser des vétérans pour former un parti politique (par exemple celui de Steeve Bannon…??!!).

    Et particulièrement aux USA où l’administration Trump au pouvoir, que sert Steeve Bannon, a été particulièrement chiche envers les anciens combattants dont des milliers sont morts de détresse, par suicide ou par maladies consécutives au syndrome de chocs post-traumatiques. Si bien qu’en impliquant les anciens combattants dans son combat à lui, Steeve Bannon les utilise malgré eux comme chair à canon.

    L’affaire serait passée en douce s’il n’y avait eu un fameux et fumant précédent qui se nomme Pétain. Ce dernier, d’abord ambassadeur de France dans l’Espagne de Franco devient Maréchal de France de 40 à 44 sous l’occupation et prône la « Collaboration » avec le régime de Hitler. Son argument fut le même que celui de Steeve Bannon. « Faites-nous confiance, nos anciens combattants sont avec nous ». Et ça a marché avec Pétain, pour un temps…

    Ce qui signifie: « Pourquoi, Français, vous battre contre l’Allemagne, alors que les anciens combattants appuient le Gouvernement de Vichy et vous proposent de collaborer?

    Et Bannon de dire en 2018: « Pourquoi, Américains, vous battre contre la Russie de Putin, alors que les anciens combattants appuient l’Administration de Trump et vous proposent de collaborer?

    Comme il s’agit d’une guerre commerciale, Trump l’a dit, que viennent y faire des anciens combattants, mon cher Steeve?

    Au sommet de l’Otan, Trump a insulté madame Merkel pour plaire au far right populiste de Bavière.
    À sa visite en Angleterre, Trump a insulté madame May pour plaire au far right populiste du Brexit.
    À la veille de sa visite à Putin, Trump insulte l’Europe pour plaire au far right populiste de Moscou.

    Three strikes, mon cher Steeve far right populiste!

    https://www.google.com/search?q=affiche+de+propagande+p%C3%A9tain+vichy&client=firefox-b&tbm=isch&source=iu&ictx=1&fir=J5jow-tDKBINCM%253A%252C-TB2CIoLErQWhM%252C_&usg=__-7qNCuMirfOFAXl4yuus-6FpqxE%3D&sa=X&ved=0ahUKEwia9bawo6LcAhUmTd8KHa-RAvIQ9QEIKTAA#imgrc=J5jow-tDKBINCM:.

  56. Marc dit :

    Laissez moi deviner. La rencontre d’aujourd’hui sera la plus extraordinaire de l’histoire de la Russie, de l’Amérique , de tout l’univers et au delà. Jamais les deux pays ne se seront aussi entendus.

  57. papitibi dit :

    @ leonard (23h33)

    Je ne relèverai qu’un point, soit l’arrangement utilitaire. Utilitaire à quoi si Poutine rêve de disloquer l’OTAN et l’EU?

    À trop vouloir simplifier, ne risque-t-on pas de tomber dans une simplification malsaine?

    Les intérêts de Trump et de Poutine sont différents. Évidemment. Mais ça ne les empêche pas d’avoir certains intérêts convergents…

    Au sujet de l’OTAN, convergence des intérêts je ne vois pas; Poutine n’a pas les moyens de contrer la force de frappe US. Ni encore moins la force de frappe d’un OTAN qui aurait accru ses dépenses militaires au niveau souhaité par Trump.

    Par contre, l’Union Européenne pue au nez de Trump, et pue au nez de poutine, et ce, pour des motifs assez similaires. Poutine (et les oligarques qui le soutiennent) souhaite sans doute négocier les livraisons de gaz et de pétrole russe avec des entités nationales plutôt qu’avec une entité supra-nationale comme l’EU. Moins l’interlocuteur est en mesure de négocier, et plus les Russes seront avantagés.

    Idem pour Trump, les USA et l’Union Européenne, Trump n’aime pas les ententes multilatérales. Surtout pas avec un partenaire qui – sir le plan économique et démographique – est supérieur aux USA. Plus facile pour les Américains de soumettre individuellement la France, la Belgique, l’Italie… – individuellement – aux conditions imposées par les USA.

    Donc, mêmes intérêts à affaiblir l’Europe.
    Et tant pis, se dit peut-être Trump après que son pote Poutine le le lui eut pissé à l’oreille, si pour mieux affaiblir l’Europe au profit mutuel de la Russie et des USA, si, pour y parvenir, ik faut sacrifier l’OTAN dont, de toutes façons, le financement est surtout américain.

  58. Satiricone dit :

    @papitibi, merci pour ta lumière.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :