Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

T6RS5WD2DII6RE6MNU56ZTOXUM.jpg

Extrait d’une dépêche de l’AFP sur la décision de la Cour suprême des États-Unis invalidant une loi qui obligeait les travailleurs de la fonction publique qui choisissent de ne pas être membres d’un syndicat à défrayer une partie des coûts liés aux négociations collectives :

«Cette décision, à la courte majorité de cinq juges contre quatre, est un retentissant revers pour le monde syndical aux États-Unis, en partie coupé du nerf de son action: l’argent.

«Cet arrêt est un jalon s’inscrivant dans plusieurs décennies d’une offensive antisyndicale qui veut rogner l’influence des centrales de défense des salariés américains».

Comme on peut le lire dans ce compte rendu du New York Times, la majorité a invoqué le premier amendement pour justifier sa décision. Elle a fait valoir que les travailleurs ne devaient pas être forcés à endosser, par le biais de leurs cotisations, les campagnes politiques auxquelles participent les syndicats qui les représentent à la table des négociations.

Les syndicats estiment que cette justification ne tient pas la route puisque les travailleurs qui ne sont pas membres peuvent être remboursés pour la partie de leurs cotisations qui financent des activités politiques. En revanche, les syndicats soutiennent que les travailleurs qui décident de ne pas être membres devraient continuer à être forcés à cotiser un certain montant puisqu’ils profitent des avantages obtenus par le biais de négociations collectives.

La majorité conservatrice de la Cour suprême est restée imperméable à cet argument, au grand bonheur de Donald Trump, qui a célébré sur Twitter «cette grosse perte pour les caisses démocrates!»

(Photo AP)

38 réflexions sur “Dur coup pour les syndicats

  1. monteregien dit :

    Annuler une décision unanime par une décision à 5-4. Pas le moindre scrupule, visiblement. Je ne vois pas ce qui, dans le 1er amendement, donne droit d’obtenir des services (négociations) gratuitement.

    1. J.C.Virgil dit :

      @monteregien 13h13

      Ce pays est pourri jusque dans son système d’injustice. Le deuxième amendement permet à n’importe quel fêlé d’acheter un fusil d’assaut et de perpétrer un carnage dans tous les lieux publics et le 1er amendement est maintenant taillé sur mesure pour permettre aux bouffons du SCOTUS de tenter d’abattre le pouvoir des syndicats qui sont les seules organisations permettant par le jeu des négociations une certaine répartition de la richesse produite par le travail.

      Le corollaire logique de cette décision de sans-desseins devrait être que celui qui refuse d’être membre d’un syndicat négocie privément ses conditions de travail avec l’employeur et ne bénéficie pas des gains acquis par la négociation collective parrainée par le syndicat .

  2. Navy dit :

    Finalement, on met à terre toutes les avancées de la société américaine au nom d’une idéologie libertarienne. On agrandi la faille entre les classes sociales. Il y a quelque chose de déprimant dans ça.

  3. Achalante dit :

    Et personne aux États-Unis n’a remarqué que la baisse de pouvoir des syndicats s’accompagne d’une baisse de prospérité de la classe ouvrière? Oh, c’est vrai. Les riches et puissants l’ont remarqué. Je ne peux m’empêcher de me demander si M. Janus n’est pas une marionette dans ce cas-ci.

  4. J.C.Virgil dit :

    Une autre décision des déplorables juges du SCOTUS le bras judiciaire des ploutocrates qui dirigent le pays. Cette décisions des juges conservateurs contre les syndicats du secteur public qui comptent 37 % d’adhérents contre à peine 7% pour le secteur public est une tentative de plus pour rayer les syndicats de la carte et appauvrir le travailleur de la classe moyenne au profit de leurs maîtres..

    Le billet mis en lien démontre très bien les effets du déclin du syndicalisme aux ÉtatsUnis:

    *Le déclin de la syndicalisation a des conséquences sérieuses sur le monde du travail. Ainsi, le salaire hebdomadaire d’un salarié syndiqué s’élève en moyenne à 938 dollars contre 729 dollars pour un salarié non-syndiqué. La couverture sociale reste bien plus avantageuse pour les syndiqués. Ces derniers sont 59% à profiter d’une assurance santé fournie par leur employeur. Également, 54% bénéficient d’un plan de retraite fournie par l’employeur. Malheureusement, entre 1979 et 2006, le pourcentage de salariés syndiqués bénéficiant d’une couverture santé est passé de 69% à 55%. Dans le secteur privé, seul, il est passé de 50% à moins de 20% (American Rights).*

    https://journals.openedition.org/mimmoc/1610

  5. kelvinator dit :

    C’est clair pour Trump :

    Seul les démocrates défendent les travailleurs. Seul les démocrates recoivent l’appui des syndicats.

    Pouvez-vous vous tirer dans le pied encore plus que ça??

    1. gl000001 dit :

      Bientôt, ils ne pourront même plus se tirer dans le pied avec un gun à clous américains ! Ils ne manquent pas d’air (comprimé) ;-))))

  6. Madmaf dit :

    Ce que le jugement dit est que les cotisations syndicales ne doivent être utilisées que pour des fins syndicales. Et que lorsque les cotisations sont utilisées à des fins politiques, les cotisants doivent avoir un droit de refus à ce que leurs cotisations soient utilisées à des fins politiques qu’ils n’épousent pas. Étant donné qu’on ne peut pas s’assurer que le dollar de John Doe ne sera utilisé que pour des activités syndicales, John Doe a un droit de refus de cotisations.

    Si les syndicats US veulent durer en tant qu’entité, ils devront cesser de financer les caisses démocrates. Simple de même.

    Le futur est plutôt noir pour le parti Démocrate avec à terme potentiellement près de 200M$ de cotisations qui pourraient partir en fumée.

    Je me répète mais, effectivement, les élections ont des conséquences….

  7. Toile dit :

    Jugement qui donne foi aux « Union késsé ça donne ». Retour à l’ère de la prime à la chassure de Madeleine Parent.
    C’est l’example que donne le gouvernement sur ses fonctionnaires. Prochaine étape : droit de gérance cf loyauté. On a déjà une bonne idée sur le sort des whistle blowers ».
    Cette société se démantele sur tous les aspects de sa vie civile.

  8. Les employés non-syndiqué d’un secteur ou d’un entreprise ne devraient pas profiter des avantages obtenus par le biais de négociations collectives. Le syndicat a négocié une augmentation salariale et une semaine de vacance de plus pour les trois prochaines années eh bien cette augmentation devrait être appliquée qu’aux membre du syndicat. Les non-membres qu’ils se débrouillent et qu’ils aillent voir le boss pour avoir de meilleures conditions de travail.

    Je suis tanné de voir qu’un groupe (les syndicats) font de leurs mieux pour garantir de meilleures conditions de travail (allant du salaire aux mesures de S&S) et qu’un autre groupe profitent de lerus efforts ce sans jamais vouloir contribuer.

    1. el_kabong dit :

      @duquettegilbert
      « Je suis tanné de voir qu’un groupe (les syndicats) font de leurs mieux pour garantir de meilleures conditions de travail (allant du salaire aux mesures de S&S) et qu’un autre groupe profitent de lerus efforts ce sans jamais vouloir contribuer. »

      Mais c’est nettement typique de la mentalité dretteuse profiteuse (au premier chef, le gros clown orange)…

  9. Sjonka dit :

    Encore une fois, ils avancent en arrière. Comme j’ai déjà dit, ils sont en train de perdre toutes les avancées sociales des soixante-dix dernières années en l’espace de quelques années seulement. Yep, le GOP peut être vraiment fier de sa job de bras.

    1. gl000001 dit :

      Nous sommes au bord du gouffre. Faisons un pas en avant ….

  10. P-o Tremblay dit :

    Ça n’a pas de sens que la cours suprême sois si partisante la lois ne devrait pas l’être

  11. Guylaine dit :

    C’est un peu comme ne pas avoir les soins de santé universels… la droite qui dit ne pas vouloir payer pour l’ensemble de la population, au nom de la liberté individuelle (égoïsme). Les employés qui ne veulent pas payer les cotisations syndicales (mais qui vont profiter des gains?), ça va faire que de moins en moins de gens vont participer au pool, donc la mort à plus ou moins longue échéance du syndicalisme aux États-Unis, pays de la liberté et des droits individuels.

    La jungle, le chacun pour soi.

  12. Sjonka dit :

    Pis l’autre innocent qui a initié cette aberration. Un autre exemple du me, myself and I américain poussé à son extrême. Pas grave s’il fait perdre un avantage à des milliers de personne en autant que lui puisse économiser une dixaine de dollars sur sa paie. Pathétique.

  13. gl000001 dit :

    Bientôt la semaine de 6 jours et l’embauche de jeunes de 10 ans et plus. Comme il y a cent ans.
    10 ans et plus … les petits migrants séparés de leurs parents pourraient travailler pour se payer un billet d’autobus pour les retrouver !!!

    1. igreck dit :

      Moi aussi j’ai lu « Germinal » de Zola ! Ça se passait au XIXe !?! Avancez en arrière…

  14. chrstianb dit :

    Vers un régime totalitaire libertarien. Juste des libertés individuelles. Fin des droits collectifs.

  15. Pietrovitch dit :

    Ca c’est vraiment un dur coup et c’est historique…
    Il doit bien pavoiser ce Donald, en tuant les syndicats on s’éloigne d’une saine démocratie.
    Ce spectre nous attend, les conservateurs utiliserons ce résultat pour relancer ce même projet ici même le jour où ils en auront le pouvoir. Souhaitons que les syndicats s’ajustent pour survivre

  16. xnicden dit :

    «…la majorité a invoqué le premier amendement pour justifier sa décision (…)

    Les syndicats estiment que cette justification ne tient pas la route puisque les travailleurs qui ne sont pas membres peuvent être remboursés pour la partie de leurs cotisations qui financent des activités politiques.»

    Certains estiment que selon la logique du jugement, en écartant l’argument des syndicats et en invoquant le premier amendement, certaines formes d’activités syndicale pourraient être assimilables à la liberté d’expression protégée par ce même premier amendement. @fawfulfan va même jusqu’à prédire que des syndicats vont citer ce jugement en cours fédérale pour demander que soient invalidées des lois et réglementations limitant le droit de grève, le lobbying et l’organisation des syndicats. Je suis curieuse de savoir ce qu’en pensent les avocats qui fréquentent ce blogue?

  17. xnicden dit :

    D’un autre côté, j’ai vu des ultra libertariens excités comme des poux. S’ils n’approuvent pas certaines politiques du gouvernement, selon la logique de ce jugement pourquoi seraient-ils forcés de payer des impôts à ce gouvernement?

    1. Guylaine dit :

      C’est là qu’on s’en va. Avec cette folie de la Cour Suprême qui laisse un pâtissier refuser de servir des homosexuels pcq c’est contre ses principes, tous les débordements sont maintenant permis au nom des convictions et des principes.

      Moi j’aime pas les programmes sociaux pcq c’est juste une gang de paresseux de toute façon, alors je vais couper mes impôts proportionnellement.

      Je n’écoute pas les sports, alors le hockey junior ne devrait pas être subventionné. Coupez ça. Juste moins de blessures et de commotions cérébrales.

      L’éducation, à quoi ça sert? Ils montrent rien de valable de toute façon. Que ceux qui ont des enfants paient l’école privée!

      Quand j’habitais en Ontario, j’ai connu des tax-free men (les detaxers qu’ils s’appelaient) qui se déconnectaient de la société et ne payaient pas d’impôts. Bien entendu, ils se mettaient dans toutes sortes de troubles juridiques, mais si ceci n’arrête pas bientôt, si on cesse de vivre en société, la marche n’est pas si haute pour prédire qu’une certaine proportion de la société pourrait dire Moi je ne suis pas d’accord avec ceci (peu importe c’est quoi), donc je ne paie pas.

  18. Mabuse dit :

    Voir un commentaire très éclairant de deux profs canadiens sur l’histoire des décisions anti-syndicales de la SCOTUS aux É-U et leur comparaison avec les décisions de la SCOCAN.

    Les É-U se préparent encore de violents troubles civils grâce à des politiques réactionnaires orchestrées par les frères Koch et consorts et dûment mises en œuvre par Trump, la SCOTUS et le GOP.

    Il fait vraiment bon vivre au Canada!

    https://www.washingtonpost.com/news/posteverything/wp/2018/06/27/the-supreme-courts-janus-ruling-is-flawed-canadian-legal-history-shows-why/?utm_term=.5966f97ca941

  19. Danielle Vallée dit :

    Si vous pensez en avoir vu assez, Market Watch vient d’annoncer que justice Kennedy prend sa retraite.
    Bien que conservateur, il était considéré comme un ‘swing vote’. Il votait selon sa conscience.
    Il va être remplacé par un conservateur avec des œillères, ça c’est sûr.
    Donc le futur de la Cour Suprême: 6 conservateurs contre 4 libéraux.

  20. Henriette Latour dit :

    Va-t’il falloir que l’on remonte jusqu’au jardin d’Eden avant que tous ces abrutis qui font et défont les lois présentement disparaissent de la circulation et laissent la place à des gens qui doivent et veulent vivre au vingt-et-unième siècle?

  21. jeanfrancoiscouture dit :

    «…aucun employé du secteur public ne devrait être forcé à financer un syndicat contre son gré et à soutenir un message politique avec lequel il pourrait être en désaccord». (Ministère de la Justice US)

    Il aurait aussi pu ajouter qu’un employé ne cotisant pas ne devrait non plus profiter des avantages obtenus par la négociation, ce que le plaignant Janus, en homme certainement en accord avec ses propres «principes», devrait s’empresser de faire et en informer officiellement son employeur.
    À moins que, pour services rendus à l’oligarchie financière, il soit en attente d’une sinécure bien rémunérée quelque part dans la nébuleuse des alchimistes financiers. Il n’aurait alors plus besoin de faire étalage de ses grands principes.

    Ah! Question, juste de même, comment un simple employé des services à l’enfance a-t-il bien pu financer une démarche juridique jusqu’à et incluant la cour dite «Suprême»? ..Et qui devrait probablement changer de nom pour s’appeler «The Trump-up-Court»*.

    * To Trump up: To devise unfairly, fabricate. ( Webster’s Dictionary)

    1. Henriette Latour dit :

      👏👏

  22. fallaitquejteuldise dit :

    Dans un état de droit qui se rapproche de plus en plus du Far West, les américains ont mis la table pour appliquer pleinement le me, my self and I.. . du chacun pour soi dans toutes les facettes de la vie professionnelle et personnelle…si t’as des problèmes avec ton voisin ben y’a le 2e amendement…

  23. Syl20_65 dit :

    Et Kennedy qui annonce sa retraire laissant la voie à une autre juge radical nommé par la racaille. S’en est fait de la liberté et de la démocratie aux états-désunis. Misère! Pauvre pays.

  24. Syl20_65 dit :

     »…6 conservateurs contre 4 libéraux. » Diane Vallée

    Plutôt 5 ultra-conservateurs radicaux contre 4 progressiste. Et comme les progressistes sont très âgés, rien de bon ne s’annonce pour ce pays si tu n’es pas un homme blanc pseudo chrétien hétéro.
    Et dire qu’ils vont réussir à leur faire croire que c’est pour leur bien. Misère!

  25. Les USA sombre de plus en plus vers un gouvernement autocratique où on rogne petit à petit les libertés individuelles.Et ce n’est pas fini. Le départ à la retraite du juge Kennedy et son possible remplacement par un juge encore plus rétrograde annonce des jours encore plus sombres.

    Au Canada, la CS avait reconnu la légalité de la formule Rand malgré les tentatives de la « Droite » de la faire invalider.

    Je suis très heureux d’habiter au Canada.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Disons les anti-syndicalistes pour les économistes dits orthodoxes, ils appuyaient la formule Rand car vous avez là un véritable échec du marché, la convention collective étant un bien public et très difficile d’empêcher un travailleur de profiter des avantages négociés.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Bien_public

  26. Lecteur_curieux dit :

    Cela me ramène à droite versus gauche. Tous mes cours d’économie défendaient les syndicats là-dessus, pourtant on ne qualifiait pas les profs ou manuels comme étant de gauche. Disons centre-droite.

    Que Trump et son administration et leurs juges défendent les free riders, ce n’est pas vraiment surprenant.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Passager_clandestin_(%C3%A9conomie)

    https://en.wikipedia.org/wiki/Free-rider_problem

    https://books.google.ca/books?id=l_cSi_Pz10cC&pg=PA391&lpg#v=onepage&q&f=false

  27. Anne-Marie Allaire dit :

    Le travail de sape continue a bien jouer son role de destruction des droits. Et nous, on regarde ce clown détruire tout ce qu’il touche sans trop trop réagir car on a peur…. Affrontons-le, ca suffit sinon il ne restera que des ruines.

  28. InfoPhile dit :

    La mise en place du modèle argentin (version années 70) se poursuit. Trump ne travaille absolument pas pour les Américains. Il travaille pour des Américains! Les plus riches…

  29. Daniel Legault dit :

    Si la tendance se maintient, il va y avoir 3 secteurs florissants aux États-Unis:
    – la fabrication et la vente d’arme;
    – la construction et la gestion de prison;
    – les services de polices privées.

    Dans toutes les sociétés, il y a un contrat non écrit: Tu accepte des restrictions dans ta vie en échange d’avantage tel que la protection, la justice, l’aide lors de problème, etc.

    A l’extrême, les États-Unis se dirigent vers une société à trois vitesses:
    – les très riches;
    – les services de police qui maintiendront le couvercle sur la marmite;
    – les gens pauvres, la majorité, qui seront pratiquement des esclaves et qui seront dans la marmite toujours proche de l’explosion.

    Ce qui est pathétique, c’est que la Chine se dirige vers une société plus égalitaire, qui va s’occuper de l’environnement, qui veut avoir des meilleurs soins de santé pour sa population et qui aide les pays dont elle veut les ressources.

Répondre à Madmaf Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :