Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

lead_720_405

La nouvelle est passée inaperçue la semaine dernière en raison de la polémique entourant la séparation des familles de migrants mais elle mérite qu’on y revienne : pour la première fois depuis que le Bureau du recensement publie ces données annuelles, la population blanche des États-Unis a connu un déclin en 2017 (de 0,02%), un phénomène qui ne devait se produire que dans la prochaine décennie. Pendant la même année, la population hispanique a augmenté de 2,1%, la population noire de 1,2% et la population asiatique de 3,1%.

Dans un rapport sur ces données, le Brookings Institution, groupe de réflexion basé à Washington, souligne une autre première : les enfants issus de minorités sont désormais plus nombreux que les enfants blancs, à tous les âges entre zéro et neuf ans. «Cela signifie que nous sommes sur le point de voir la première génération de Blancs ayant un statut minoritaire, née en 2007 ou plus tard», note la Brookings Institution.

Une équipe de chercheurs de l’Université du Wisconsin à Madison a par ailleurs publié sa propre étude la semaine dernière démontrant que le nombre de morts a dépassé celui des naissances chez les Blancs en 2016 dans 26 États américains, une tendance qui devrait s’accentuer et s’étendre, notamment dans les États ruraux qui ont voté pour Donald Trump en 2016. La crise des opioïdes est en partie responsable du phénomène.

Il faut garder ces données en tête quand on analyse la popularité de Donald Trump chez une majorité de Blancs et qu’on lit des articles comme celui que le New York Times a publié ce week-end révélant que l’indignation des critiques du président face à la séparation des familles de migrants n’a fait que raffermir ses appuis chez les républicains.

L’anxiété raciale des Blancs – la peur de perdre leur majorité, leur pouvoir et leurs privilèges – explique les politiques de Donald Trump en matière d’immigration, selon le chroniqueur du New York Times Charles Blow, qui consacre un article sur le sujet aujourd’hui.

Or, l’identité américaine n’est pas liée à la couleur de la peau, sauf peut-être pour ceux qui veulent «rendre sa grandeur à l’Amérique».

(Photo The Atlantic)

54 réflexions sur “Déclin démographique et anxiété raciale

  1. Claude Trepanier dit :

    Ne montrez surtout pas ces données au narcissique en chef.
    Il va en faire un infarctus. 🙂

    1. Pierre dit :

      La semaine dernière Colbert en a parlé durant son show et ça ressemble étrangement à nous au Québec sauf qu’ici on ne se radicalise pas on s’ouvre aux immigrants du moins ceux qui choisissent le Québec comme pays et non ceux qui sont forcé de s’expatrier de leur pays d’origine

      1. Maryse Morin dit :

        Pourquoi devrait-on refuser ou repousser ceux qui fuient la guerre, la famine ou la pauvreté? Nos ancêtres ont quitté la France pour des raisons économiques et politiques: être enrôlé de force pour servir de chair à canon lors des guerres sans fin ou voir ses enfants mourir de faim constituent de bonnes raisons de chercher ailleurs. Et regardez ce que nous avons fait! Regardez aussi l’Australie, peuplée de bagnards exilés pour ne plus avoir à les nourrir: pas mal non plus comme résultat. Pensez au nombre d’artistes, de scientistes, de philanthropes juifs arrivés de partout. C’est l’attitude plus que le motif d’émigration qui devrait importer, il me semble.

      2. loup2 dit :

        @Pierre
        Donc si je comprends bien votre logique nous aurions du refuser les boat-peoples vietnamiens dans les années 70 ?
        Vous confirmez ce que j’ai déclaré hier sur un billet précédent : « Immigration illégale : quelle crise? »
        Le monde d’ici juge le amerloques mais nous faisons comme eux. Ni plus ni moins.

        Avez-vous juste une petite idée de ce que ces gens nous ont apporté ? Ça l’air que non… Fouillez et vous verrez.
        Misère

      3. @ Pierre

        La femme de mon père (second mariage) est Libanaise d’origine Arménienne, sa mère, ses tantes ainsi que sa grand-mère ont subit le génocide Arménien en Turquie. Après la traversée forcée du désert de Syrie, ils ont été finalement été accueillis au Liban où la femme de mon père est née. Sa mère ainsi que ses soeurs ont fuit le Liban lors de la guerre du même non. Ils ont étés dans des camps de réfugiés et ont finalement été accueillis su Canada. Aujourd’hui dans la famille de ma belle-mère, il y a des médecins, des ingénieurs, des comptables, des artistes et autres professionnels. Ma belle-mère fut enseignante su Québec et parle couramment 6 ou 7 langues.

        Selon votre logique le Québec et le Canada n’aurait pas du s’ouvrir à cette famille. Désolé mais le Québec et le Canada serait pauvre d’une famille qui a et aura encore beaucoup à leurs apporter.

      4. @ Pierre

        Je crois que vous vous êtes simplement mal exprimé. Mais mon commentaire précédent reste.

      5. NStrider dit :

        Petite nuance à votre affirmation.
        Voici pour 2016 les % d’admission par catégories d’immigration au Québec : 59,5 % Économique, 21% Regroupement familial, 17,5% Personnes réfugiées et situations semblables, 2% autres immigrants et ce pour 53 084 admissions permanentes ce qui est au delà des seuils visés dans la planification initiale et facteur non négligeable, dont 74,4% sont des résultats de la sélection du Québec.

        source : http://www.midi.gouv.qc.ca/publications/fr/recherches-statistiques/FICHE_syn_an2016.pdf

        Pas mal comme résultat, non? On fait notre part en humanitaire et on sélectionne aussi une immigration qui correspond aux besoins démographiques et économiques du Québec. Pour la politique migratoire comme pour le vocabulaire des commentaires, la modération a bien meilleur goût.

      6. NStrider dit :

        Oups j’ai omis de l’indiquer mon commentaire s’adressait à l’écrit de @Pierre

    2. Toile dit :

      Au contraire…pis avec surlingneur jaune, non orange

    3. Anne-Marie dit :

      S’il risque l’infractus, au contraire, montrez-lui ce sondage au plus sacrant!

    4. igreck dit :

      Montrez-lui plutôt !!!

    5. Yron dit :

      Plutôt que du grand remplacement je prefére parler du grand métissage.
      Et c’est merveilleux.

  2. …«Cela signifie que nous sommes sur le point de voir la première génération de Blancs ayant un statut minoritaire, née en 2007 ou plus tard», note la Brookings Institution…..

    Cette phrase indique que c’est les blancs contre le reste du monde. Désolé mais même si les blancs seront moins de 50% de la population, il resteront majoritaire car aucun autre groupe ethnique le les dépasse en terme de %.

    J’ai dont hâte que l’on ne regarde plus le groupe ethnique (ou race à vous de juger) caucasien versus l’ensemble des autres groupes ethniques

  3. ghislain1957 dit :

    « La crise des opioïdes est en partie responsable du phénomène. »

    J’ajouterais à ceci le refus des républicains de vouloir offrir des soins de santé dignes de ce nom aux américains et la destruction massive par Trump de l’Obamacare.

  4. treblig dit :

    Le déclin démographique des blancs surtout dans les états centraux du midwest auquel il faut ajouter le déclin de la pratique religieuse surtout dans les états côtiers du Nord Est et de la côte du Pacifique.

    Le modèle classique de la société américaine est mis à mal.

  5. fallaitquejteuldise dit :

    La peur de la perte identitaire est le mal du 21e siècle. Au Québec devant la mixité des cultures j’entend au loin, le remplacement de la poutine par le couscous à l’érable! Criez fort, ce « mal » venu de loin et bang!, bienvenue à Trumpworld. L’équilibre des cultures fait la force d’un peuple et le respect de la nation d’accueil. La force qui a fait ce que les États Unis sont devenus, est-elle en déclin?

  6. bleuetdaa dit :

    Ah Oui, ce bon vieux où les noirs savaient se tenir à leur place et où les yeux bridés construisaient le chemin fer qui finira par être payé par le gouvernement.

    (Pitié comprenez que c’est du sarcasme)

    Les chiffres sont cruels pour ceux qui refusent de voir la réalité. Imaginez Le Grabber in chief travaille pour la richesse des non-blancs 🤣

  7. Benoit Forget dit :

    Donald trump, AKA the Randy Devil, va remédier à la situation en laissant tomber les préservatifs.

  8. P-o Tremblay dit :

    Tant mieux et vivement que ce soit le cas partout. Qu’il n’y aie pas une ethnie majoritaire mais une pluralité de tout le monde. Comme si la couleur devrait assurer un droit acquis…

  9. bloganon dit :

    Tout à fait d’accord avec Charles Blow. En passant, il faut problablement se geler avec des opioides pour continuer de penser qu’on est supérieur aux non-Blancs, en nombre et autrement.

  10. Cyto dit :

    Je suis certaine que le bon vieux racisme est un facteur majeur dans l’élection de Trump, ça crève pas mal les yeux, mais le fait est que certains des états qui ont voté pour lui sont parmi les plus pauvres, avec des emplois rares et mal payés, et des conditions de vie qui sont de la pauvreté chronique.

    Les états qu’on appelle « ruraux » et où la culture est difficile pour des raisons purement géographique, où les industries et usines ont fermés parce qu’elles survivaient en exploitant la pauvreté et l’ignorance.

    Ces gens là ont été déçus par tout les présidents républicains et démocrates confondus, ils ont voté Trump précisément parce que il ne fait rien comme les autres. Eux, ils en sont contents. Ils se disent qu’ils n’ont plus rien à perdre, et à voir comment le soutient à l’innovation et au démarrage d’entreprise n’est jamais poussé vers eux depuis de décennies, je suis bien forcée de comprendre un peu.

    Peut-être qu’Obama a raison, et que le pays va se reprendre en main après s’être débarrassé de Trump. Peut-être que les changements qu’il apporte et qui appauvrissent encore plus les plus démunis, incluant un grand nombre de blancs qui vivent dans la pauvreté et sont peu éduqués, vont faire changer le vent de bord solide. Peut-être que les démocrates vont enfin tenir leur promesse d’aide à ces états ruraux qui sont toujours à la remorque.

    Peut-être que après la fin de la crise économique qu’on impose au monde, la richesse sera mieux distribuées et les chances seront plus égales pour tous, idéalement partout dans le monde.

    Wishfull thinking.

    1. Sifu26 dit :

      Je ne veux pas vous décevoir mais ça va être toujours au plus fort la poche. Il est trop tard pour faire reculer le capitalisme sauvage est déjà trop ancré et ça va juste aller en empirant, plus de super riche et de l’autre côté plus de pauvres.

      Les démocrates vont probablement agir de façon plus humaine mais ils vont gouverner pour leurs poches aussi et non pas pour le peuple. Trump est un épais qui ne sais pas gouverner et qui ne gouverne surtout pas pour la population tout cours.

      Mais les démocrates, surement plus humain, vont gouverner politiquement correct mais vraiment pour le peuple ? Dur de faire pire que l’administration Trump, mais je ne pense pas qu’ils vont gouverner pour le peuple aussi et ça m’attriste !!!

    2. __________

      Quel réjouissant et optimiste commentaire. Merci. 🙂

    3. kelvinator dit :

      « Peut-être que les démocrates vont enfin tenir leur promesse d’aide à ces états ruraux qui sont toujours à la remorque. »

      Ça témoigne du problème. Les gens de ces États ruraux pensent, croient, que le gouvernement est là pour créer les jobs. Non, désolé, ce n’est pas son travail. S’ils ont voté républicains, ils devraient minimalement se souvenir du slogan républicain de 2012 « You didn’t biult that », ou on accusait Obama de souligner que le succès des entreprises est établi avec l’aide des infrastructures construite par le gouvernement. Personne n’a mis la responsabilité de la création de l’emploi sur le dos du gouvernement, ils étaient tous d’accord que c’est la responsabilité des entrepreneurs..

      Or, quel est leur premier réflexe lorsqu’un républicain est au pouvoir?
      « C’est l’État qui crée les emplois »….

      C’est le même problème que les réserve indienne, une inanité économique, une absence totale de projet économique et de dynamisme économique, qui relègue la population à la pauvreté et une attente permanente dans une subvention gouvernementale ou une aide quelconque. C’est comme les AA, les alcoolique ont mis de coté toute responsabilité dans leur sort, et attende que qulqu’un les aide, alors qu’eux seuls peuvent le faire…

      Ajoutez à cela un manque d’éducation, la croyance en des mensonges éhontés, une profonde méfiance du gouvernement paradoxalement, alors qu’ils attendent tout de lui. Ils sont déçus simplement parce qu’ils ont des attentes innateignable, et impute l’échec de leur attente impossible sur le dos des politiciens. Nous savons tous que c’est toujours plus facile accuser les autres que pointer ses propres torts.

  11. Satiricone dit :

    On verra bientôt sortie du trumpus une campagne en faveur de la natalité chez les blancs, évangéliques et républicains, mais pas démocrates. Pourquoi faire compliquer ce qui simple? Ignorance et lâcheté. Aux armes citoyens mais contre qui ? Quand les USA qui ne font plus rêver :-(triste parenthèses 🙂

  12. Autrement dit :

    Étonnant choix de photo qui coiffe le sujet: un garage décrépi et une enseigne « body paint »: on croirait reconnaître une allégorie de ce président.

    1. Autrement dit :

      Et plus je regarde la photo et plus je reconnais l’art consommé du second degré de Richard Hétu: l’entreprise sur l’enseigne s’appelle Fossil body paint et le garage est une allégorie de la maison blanche. J’aime

      1. gigido66 dit :

        Voulu ou pas…mais, là vous avez un point qui nous fait regarder à 2 fois pour y voir le sens caché.

  13. Toile dit :

    Il y a un phénomène propre aux EU. Peu importe la couleur, les origines, ils sont tous américains en premier, du moins récemment. Espérons que les « blancs » y voient un gain dans la mixité culturelle. Un souhait difficile en ces temps de droite, d’extrême droite.

  14. Ces données confirment ce que plusieurs analystes disent depuis des années.

    Trump et sa bande de « ploucs » s’accrochent à une Amérique en voie de disparition. Leur pays change, se transforme et évolue mais les WASP (White Anglo-Saxon Protestants) refusent de l’admettre. Ils voudraient que les USA soient comme dans les films « Pleasantville » ou « Back to the Futur » mais ça n’arrivera pas.

    « Le -Gros-Bouffon-en chef » va crier au « FAKE NEWS » mais les faits sont là. Le déclin de l’Amérique Blanche » est commencé est rien ne pourra arrêter ce phénomène.

  15. noirod dit :

    Ben voyons donc ! C’ est des fake news ca .

    Ca rend les politiques raciales et xenophobes du gros tas encore plus douteuses n’ est ce pas ? Malgré que les américains paraissent plus religieux et donc sous les ordres de procréer du clergé, je suis convaincu que ce n’ est qu’en superficie et qu’en réalité on entend parler que du 1% riche et puissant dans cette sainte catégorie aussi. Alors les familles comme ici ne sont plus aussi nombreuses qu’autrefois et la réalité économique dicte le peu de largesse que peu osent se permettre de nos jours.

    J’ aimerais bien avoir une catégorie dont personne ne fait état soit le nombre d’américains qui ont quitté le pays ,juste par curiosité… Autres que ceux qui se sont poussés avec leur cash n s’ entends…
    Nette confirmation que les U.S.A sont constitués de gens de toute origine et de toute provenance .

    On voit encore que bien peu de gens peuvent faire pencher la balance. C’est d’ailleurs le cas avec ceux qui sont au pouvoir et en possession d’ un peu tout.
    Un bémol sur l’impact des opioïdes toutefois . Si ceux ci sont des facteurs alors qu’ en est il des guns ?

    Mais bon, on peu interpreter les chiffres de bien des façons mais c est certainement pas le gros tas qui doit inspirer l’ américain moyen de partir une famille !

  16. titejasette dit :

    M. Hétu,

    Les stats mentionnés dans votre billet n’ont pas fait référence aux mariages inter-raciaux. Or, ce type de
    « rapprochement » domine de plus en plus, dans tous les continents et surtout dans les mariages des gens de mon entourage (mariage entre les Blancs et ceux des autres, toutes les autres races). Damned ! Les gènes de Blancs étant moins forts que ceux des autres couleurs, le physique des enfants métis (mulâtres ou eurasiens) issus de ces matiage a pris tous les caractéristiques d’un asiatique, d’un noir ou d’un latino sauf ceux d’un blanc.

    Misère ! Cela fait augmenter leur niveau d’anxiété. On ne peut plus envoyer le curé dans les chambres à coucher, à ‘st heure. Vite une shot de gin, une ‘tite pilule d’opioïde pour se calmer les nerfs…

  17. J.C.Virgil dit :

    Le déclin démographique de la population américaine de race blanche sera t-il comparable au déclin de population qui a frappé la Russie au cours des années 2000 ? En Russie on accusait la consommation de la vodka, aux États-Unis les opiacés, mais se peut-il que le véritable problème soit le déclin du niveau de vie, les pertes économiques et le manque de confiance dans l’avenir qui font que c’est moins tentant de se reproduire ?

    Avec la crise migratoire qui frappe le monde c’est à un remplacement de population qu’on risque d’assister à moyen et plus long terme. C’est peut-être normal , après tout les Amériques étaient des continents où les populations étaient de race rouge avant la venue de Christophe Colomb …

  18. Anne-Marie Allaire dit :

    Une seule terre et une seule race humaine. Les religions et les états ont fait croire a la suprématie « blanche » et l’ont utilisée jusqu’a épuisement. Le populisme continue a soutenir cette utopie. Mais on connait les réalités: l’oppression ne fait que le bonheur d’un petit nombre et cela ne sert pas la démocratie. On parle de race blanche mais voyons plutot le 1% possédant de plus en plus. Pensons aux religions, oppressant de plus en plus les hommes, les femmes et les enfants. Je ne crois pas qu’un pauvre du Texas, aussi blanc soit-il, soit plus puissant qu’un latino riche de Miami. Le problème n’est pas ces races qui n’existent pas mais ce qu’on veut bien nous laisser croire afin de mieux nous exploiter. Évidement, l’esclavage dans la culture américaine ainsi que l’extermination des autochtones sont des tares historiques abominables qui historiquement seront toujours nier car inacceptables et on peut comprendre ceux qui les ont subis. Mais, de grace, arrètez de nous parler de race blanche en péril, vous ne faites que reproduire le discours du fou furieux de Washington.

  19. stemplar dit :

    On risque d’assister à une course démographique?

    1. gigido66 dit :

      La revanche des berceaux à l’Américaine…
      Un « baby boom » blanc, chrétien et pourquoi pas avec la contribution du Gourou dans une banque de sperme, question d’avoir les gènes de l´élu!

  20. lisois dit :

    Ah la race aryenne a toujours ses adeptes. On ne l’appelle plus ainsi mais la suprématie des blancs n’est ce pas la même chose. Trouvez moi un lien entre la couleur de la peau et la supériorité d’un humain sur un autre. Vivement le métissage généralisé.

    1. Henriette Latour dit :

      Posez la question au doc Mailloux.

  21. bleuetdaa dit :

    Les faits n’ont pas d’opinion.

    Madame nous invitez-vous à ne pas tenir compte de la réalité et de ses possibles répercussions dans le présent et le future.

    Le racisme fait partie de l’ADN d’une certaine partie de la population américaine. Et c’est la surreprésentation de ce racisme blanc qui a conduit à l’élection du Bully in chief, par le jeux des grands électeurs.

    Ce dit en tout respect envers votre opinion. Je plussois le fait qu’il n’y a qu’une seule humanité, les races c’est culturelle, ça n’a pas de réelle assise génétique.

  22. Henriette Latour dit :

    Si j’etais américaine, je ferais plus d’anxiété en voyant comment mon pays est gouverné dans le moment qu’en pensant que mes futurs compatriotes ne seront pas tous blancs. Et à voir les blancs qui ont peur, je ne voudrais pas être associée à eux.

  23. Apocalypse dit :

    ‘Or, l’identité américaine n’est pas liée à la couleur de la peau, sauf peut-être pour ceux qui veulent «rendre sa grandeur à l’Amérique».’

    De toute évidence, plusieurs ne l’ont pas compris :-(.

    On veut vivre aux Etats-Unis pour la liberté qu’on y retrouve, les opportunités, la diversité, vivre qu’on on le veut et bien d’autres choses.

    De toute manière, on peut ne rien contre le changement qui se produit autour de nous, il n’y a qu’une seule chose qu’on peut faire: s’adapter.

  24. treblig dit :

    Jared Diamond démontrait dans son fameux livre « collapse  » que si le Montana, société Blanche par excellence, était une île ( comme l’île-de-pâques), il y a longtemps que la civilisation s’y serait effrondrée. Pour chaque 1.00$ collecté en taxes, le montana reçois 1.50$ en transferts fédéraux plus les transferts des autres états sous forme de tourisme et d’achat de résidences secondaires.

    Et le Montana n’est pas unique loin de là.

    1. kintouai dit :

      Et la majorité de ces ploucs édentés (56%) ont voté pour moins d’intervention de l’État fédéral…

      Build a wall around these moronic States !

  25. titejasette dit :

    HSujet

    Le Liar en Chief a attaqué ce matin le Restaurant Red Hen dans un gazouillis, en le qualifiant de crasseux.

    Selon le Assiociated Press, son centre touristique Mar-a-Lago a fait l’objet de 78 violations lors des inspections sanitaires, en l’espace de 3 ans.

    “The Associated Press found the president’s Mar-a-Lago resort in Florida was cited 78 times over three years for health code violations including cooking staff not washing their hands and the “accumulation of black/green mold-like substance” on an ice machine.”

    https://www.cnbc.com/2018/06/25/trump-slams-virginia-restaurant-for-being-filthy-but-inspectors-fou.html

    1. gigido66 dit :

      Ça prouve ce qui s’est dit dans un sujet précédent, il accuse les autres de ce qu’il est ou fait lui-même.

  26. petardalafarine dit :

    Bon! Les états du mid-west et du sud vont se lancer dans la revanche des berceaux! Ça va être beau à voir!

    1. gigido66 dit :

      « La servante écarlate »….?!?!?

  27. Lecteur_curieux dit :

    C’est vraiment une bonne piste mais à creuser. Pourquoi cette anxiété ? Car plusieurs ne se parlent pas et vivent dans des communautés les plus homogènes que possible ?
    Quelles sont les sources de l’ethnocentrisme, de la xénophobie et du racisme en 2018 ? Plus particulièrement aux États-Unis et il faudrait regarder cela État par État, ville par ville ou même par quartier.

    Donald Trump ? Un individu depuis toujours égocentrique mais aussi très paradoxal. Par contre, pour l’élection au final il était très à droite et son slogan est très réactionnaire alors que je pourrais l’interpréter autrement.

    Respectons le passé,on peut même s’en inspirer mais on ne peut pas revenir en arrière, il faut aller de l’avant et continuer à faire des bons coups.

    AGAIN, j’aime cela ainsi. Tu tires de l’arrière 8 à 0 mais ton équipe se met à frapper des coups sûrs et incluant la longue balle, remontée spectaculaire et tu peux même songer à la victoire là tu en veux encore et encore. Comme en amour mais si tu es rendu à 87 ans et que tu souhaites être fougueux comme à 21 ans, c’est impossible mais il y a d’autres plaisirs dans la vie.

    Trump est comme un vendeur d’une vieille minoune ou même partirait une usine de Lincoln Town Car 1987.; Quelques collectionneurs ou amateurs cela peut être cool, tu peux même vivre un brin de nostalgie mais en faire un modèle 2019? Ce serait insensé.

    Pourquoi être réactionnaires à ce point?

    Le plus ringard des ringards dicterait la mode.

  28. Richard Desrochers dit :

    On cultive l’anxiété qui a suivi la guerre de Sécession. Mais au lieu de craindre que les Noirs se révoltent, les Blancs craignent que les « autres » les ostracisent. L’Aparteheid inversé, c’est ce que beaucoup mériteraient.

  29. Niouininon dit :

    Ces chiffres montrent un portrait plus global des civilisations de l’hemisphere Nord, que ce soit en Europe ou en Amérique. Il faudra bien comprendre un jour que les frontières n’ont pas de couleur ni de race, que jouer aux gaulois qui s’isolent dans leur camp ne mène à rien. Les US, avec leur 368 millions d’habitants de toutes couleur et provenance, doivent évoluer plus rapidement que nous, les Canadiens, pour voir venir les effets de la dénatalité. Nous en voyons déjà les impacts ici avec les milliers d’emplois à pourvoir. Le POTUS actuel est à des années lumières d’une stratégie efficace pour l’immigration, alors cette problématique de repeuplement ne sera pas réglée à temps et l’économie s’en ressentira fortement.

  30. Anne-Marie Allaire dit :

    Très intéressants tous ces commentaires. Plus pousser qu’a l’habitude ou on se désespère sans espoir (répétitif mais j’insiste) de Trumpiste et sa suite. Il y a dans ces derniers une vraie prise de position. Bravo!

  31. ozakatomoe dit :

    Ils vont faire de l’anxiété pendant 10 ans, puis ils vont faire ce qu’ils ont toujours fait, élargir la définition de « white ». À l’époque, on parlait de « White Anglo Saxon Protestant », ça fait longtemps que le « Anglo-Saxon » n’a plus d’importance, des Écossais, Allemands, Flamands, Hollandais, Suisses, Scandinaves, ça fait pareil, tant qu’ils sont protestants. Puis le « Protestant » a pris le bord, Catholiques, ça fait aussi, Irlandais, Italians, Francos, Bavarois, Polonais, c’est la même chose. Ajoutons les Orthodoxes aussi tant qu’à y être, Russes, Slaves, Grecs. Puis ajoutons dont les Juifs européens pour faire bonne mesure.

    Prochaines étapes, inclure les « White Hispanics », puis les « East Asians ».

  32. Luc dit :

    Plus il y aura de « races » différentes dans la société et éventuellement, plus elle sera métissée; plus la tolérance va s’installer. Ça va prendre un peu de temps, mais ça va arriver.

    1. jeanfrancoiscouture dit :

      @Luc: Vous êtes optimiste. L’être humain étant ce qu’il est, il y en aura toujours qui sauront trouver des différences pour en stigmatiser d’autres.

      Je me souviens d’une histoire que m’a raconté un chauffeur de taxi haïtien qui a eu un différend avec une cliente. Je vous épargne l’histoire pour en arriver directement à la conclusion. À la question que je lui posai à savoir si, in fine, la cliente l’avait traitée de «maudit n**» Il me répondit que non. Elle l’avait plutôt traité de «Stupid French». Devant mon étonnement, il ajouta: C’était la seule différence entre nous car en plus d’être anglophone unilingue, elle était aussi «noire que moi.»

      Et mon chauffeur, un brin philosophe, ajouta: «Vous savez, on s’arrête toujours à la première différence qui saute aux yeux ou aux oreilles. On va traiter un autre conducteur de «gros cr**» de «vieux cr**», et autres qualificatifs selon ce qu’on remarque en premier. Moi, ce fut la langue qui nous différenciait.» Je n’ai jamais oublié cette leçon de philo en taxi.

      Et je suis certain que même si on «métisse» au max, il y aura toujours quelqu’un pour faire des distinguos entre les teintes, du plus pâle au plus foncé, ou entre les langues parlées, les religions plus ou moins pratiquées, l’épaisseur du porte-monnaie, le Q.I. et quoi encore.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :